Semis tardifs et forte pluviométrie

CLASEL

Quelles stratégie pour les céréales ?

Les semis de céréales ont été fortement perturbés parl’excès d’eau arrivé dès le mois d’octobre. Dès lors certaines parcelles ont mis du temps à lever et les résultats sont parfois médiocres. A la sortie del’hiver, il faudra donc faire des choix en ce qui concerne la fertilisation, ledésherbage, voire le remplacement de la culture.

Fertilisation :

Les besoins azotés d’une céréale claire sont faibles mais sasensibilité à une carence début montaison est élevée. En parallèle, lesreliquats azotés au vue des fortes précipitations de l’hiver seront limités.Cette année il est donc conseillé de réaliser un apport modéré au tallage (30 –40 U/ha en février). Un apport supérieur risquera d’être mal valorisé. Auniveau de la dose totale, il sera impératif de l’adapter au potentiel de laculture.

Le soufre, élément lessivable, est à surveiller (notamment sur colza)lors des hivers pluvieux. Aussi, pour les céréales implantées sur des solsfiltrants et qui ne bénéficient pas d’apports de matières organiques régulierssur la rotation, un apport peut présenter un intérêt. Dans ce cas, un apportlimité à 30 U/ha au 1erou 2e passage est possible.

L’apport de phosphore peut aider à l’enracinement dans des parcellesdifficilement implantées. Mais en sol bien pourvu, il est généralement inutile.

Désherbage :

Soignez les désherbages car une parcelle claire sera d’autant plussensible à la concurrence des adventices. Peu de parcelles ont été désherbées àl’automne ou cet hiver. Une solution à base de sulfonylurée (Archipel/Aloes,Atlantis/Absolu…) peut être la bonne solution sur blé et triticale en mars,surtout si l’on craint la présence de Folle Avoine. Les orges sont à gérer dèsque la portance du sol le permet avec d’autres alternatives.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier