Sénat: le loup s'invite dans le débat sur le projet de loi sur l'agriculture

Sénat: le loup s'invite dans le débat sur le projet de loi sur l'agriculture

Le loup s'est invité jeudi au Sénat dans le débat sur le projet de loi sur l'agriculture, les sénateurs de l'UMP réclamant d'en faire une "espèce protégée simple" et ceux du centre demandant de protéger l'agriculture de montagne "des préjudices causés par les grands prédateurs".

Cette question a été abordée dès l'examen de l'article 1er du projet de loi, consacré à ses objectifs. L'amendement faisant passer le loup d'"espèce strictement protégée" en "espèce protégée simple", défendu par Hélène Masson-Maret (UMP), a été rejeté.

Le classement actuel du loup en "espèce strictement protégée" par la Convention de Berne "en interdit la destruction ou la perturbation", a souligné la sénatrice des Alpes-Maritimes. Mais soulignant que la population des loups en France, actuellement d'environ 250 bêtes, "s'accroît très rapidement, autour de 20% par an", elle a estimé "légitime et nécessaire de le considérer comme espèce protégée simple" alors que, par ses dégâts, "l'agro-pastoralisme" est menacé.

En revanche, un amendement de Jean-Paul Amaudry (UDI-UC) qui pose la nécessité de définir des zones de pâturages préservées ou indemnes de prédateurs, tels que le loup et de préserver les territoires montagneux a été adopté.

Un troisième amendement de Nathalie Goulet et Chantal Jouanno (UDI-UC), qui prévoyait une indemnisation des prédations prise en charge par le ministère de l'Ecologie et une compensation des dégâts subis par les éleveurs, a été retiré. Pour sa part, le rapporteur Didier Guillaume (PS) a indiqué que la question du loup serait abordée à l'occasion d'un article adopté en commission.

Celui-ci prévoit qu'en cas d'attaque, le préfet délivre sans délai à l'éleveur une autorisation de tir de prélèvement pour une durée de six mois sur le territoire de sa commune. La France a signé des accords internationaux, a rappelé de son côté le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. "Nous ferons tout pour faire évoluer l'approche européenne et protéger les éleveurs", a-t-il promis.  Adopté par les députés en première lecture en janvier, le projet de loi d'avenir de l'agriculture ambitionne de "verdir" l'agriculture, au grand dam de la droite et de la FNSEA, pour qui ce n'est pas la priorité.

Son examen devrait s'achever dans la nuit de samedi à dimanche. Jeudi soir, après avoir adopté les deux premiers articles sur 40, les sénateurs en étaient à l'article 3 qui crée les groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE). Ces collectifs d'agriculteurs souhaitant s'engager dans l'agro-écologie pourront bénéficier de majorations dans l'attribution des aides publiques afin de mettre en place des projets visant la double performance économique et environnementale.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

ACCES84

Il semble qu'on retrouve pour le loup le débat général (générationnel ?) de notre agriculture;
on dégaine tout de suite l'artillerie Roundup(R)
+ antibiotiques + fusil, ou on essaie de gérer par une démarche type agriculture biologique.
Ayant connu les quolibets subis par les pionniers du bio il y a quelques décennies,je pense que l'humanité a trouvé des solutions raisonnables à des problèmes plus compliqués que la cohabitation avec le loup, mais il faut d'abord sortir de l'amateurisme teinté d' idéologie qui domine dans tous les camps.

@Le tessou

Le tessou ou le representant ACCA?
40 hectares de cereales a cloturer, sa ce fait pas tous seul et a ca a un coup!Viens faire le boulot et paie la facture, ont en reparle apres...

1584

tout le dédat est là : faut-il vivre de son métier ou bien d'indemnités?

florentd37460

Daccord avec chridu01, Le Tessou, la fédération ne rembourse jamais a hauteur des dégats, je suis éléveur, il n'y a aucun remboursement sur les agneaux attaqué par les sangliers, sur les clotures détruites, le temps passé a réparer des clotures ( une semaine voir deux de boulot en plus par an), et ce qui est des dégats ils prenne en compte que la moitié des dégats, et ne prenne pas en compte les pertes de récoltes lorsque les moutons pature la prairie, perso jai jamais vu des moutons mangé de la terre ! Et devoir refaire 7a 8 hectares chaque année, il y en a ras le bol ! Les clotures en ursus, barbelé ou electrique ne suffise pas ! Et si vous etes agriculteurs il suffit pas de remplir des dossiers, faut passer 4 h de notre temps lorsque les experts passe et on est remboursé que 6 mois après voir un an après les dégats en cours, mais sa si vous aviez vraiment des problemes de dégats de gibiers vous le sauriez !

florentd37460

Daccord avec chridu01, Le Tessou, la fédération ne rembourse jamais a hauteur des dégats, je suis éléveur, il n'y a aucun remboursement sur les agneaux attaqué par les sangliers, sur les clotures détruites, le temps passé a réparer des clotures ( une semaine voir deux de boulot en plus par an), et ce qui est des dégats ils prenne en compte que la moitié des dégats, et ne prenne pas en compte les pertes de récoltes lorsque les moutons pature la prairie, perso jai jamais vu des moutons mangé de la terre ! Et devoir refaire 7a 8 hectares chaque année, il y en a ras le bol ! Les clotures en ursus, barbelé ou electrique ne suffise pas ! Et si vous etes agriculteurs il suffit pas de remplir des dossiers, faut passer 4 h de notre temps lorsque les experts passe et on est remboursé que 6 mois après voir un an après les dégats en cours, mais sa si vous aviez vraiment des problemes de dégats de gibiers vous le sauriez !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier