Sept candidats à la présidentielle planchent sur la question agricole à Montpellier

Arielle VERLEY, AFP

Sept candidats à la présidentielle planchent sur la question agricole à Montpellier
L'événement a été baptisé "ensemble, pour la réussite de nos territoires".

Sept candidats à l'élection présidentielle, dont les deux favoris, François Hollande et Nicolas Sarkozy, sont attendus jeudi à Montpellier à l'invitation du monde agricole pour exposer leurs propositions sur ce secteur "stratégique" pour la France.

Trois candidats, Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste) seront absents pour des raisons d'agenda à ce "grand oral" dont la FNSEA, principal syndicat agricole français, est l'ordonnateur.  Cet événement se tiendra dans la foulée du congrès national de la FNSEA à Montpellier, raccourci d'une journée pour l'occasion.

A l'origine, cette convention, baptisée "ensemble pour la réussite de nos territoires", devait rassembler outre les agriculteurs tous les secteurs qui travaillent avec eux, de l'agrofourniture (matériel agricole, engrais, pesticides,...) à l'agroalimentaire. Mais les industriels de l'agroalimentaire ont finalement décliné l'invitation, de crainte de voir leurs propres revendications "noyées" avec celles des agriculteurs, a déclaré à l'AFP, Jean-René Buisson, président de l'association nationale des industries alimentaires (Ania).

Au final vingt-deux organisations du monde agricole participent à la convention, parmi lesquelles la Mutualité sociale agricole (MSA), la Fédération Nationale du Crédit agricole, Groupama ou encore l'enseignement agricole privé.

Sept candidats, cinq thèmes

Les sept candidats seront invités à se prononcer sur cinq thèmes-clefs comme le défi alimentaire, le développement durable, l'innovation et la recherche.

Se succédant par ordre alphabétique, François Bayrou (MoDem) sera le premier à s'exprimer avant Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès), Nicolas Dupont-Aignan (Debout La République) François Hollande (PS), Eva Joly (EELV), Marine Le Pen (Front National), et Nicolas Sarkozy (UMP). Chacun disposera de 15 minutes --et éventuellement de 5 mn supplémentaires-- pour revenir sur les points sensibles qui préoccupent le monde agricole. Entre autres le manque de compétitivité de certaines filières françaises, par exemple les fruits et légumes, le lait ou encore la viande, face à des pays comme l'Allemagne ou l'Espagne où le coût du travail est moins élevé.

Les candidats devraient être aussi interpellés sur d'autres préoccupations majeures des agriculteurs, l'eau et plus généralement l'environnement sur lesquelles ils se sentent injustement mis en accusation. Ou encore la culture d'OGM que certains appellent de leurs vœux mais que le gouvernement vient une nouvelle fois d'interdire pour répondre aux inquiétudes de l'opinion.

Le 66è congrès de la FNSEA se tient aujourd’hui à Montpellier

Le 66è congrès de la FNSEA qui se tiendra la veille sera l'occasion de revenir sur une autre question sensible, celle de l'avenir de la politique agricole commune (PAC) pour la période 2014-2020. Xavier Beulin, patron de la FNSEA, devrait insister auprès du commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos, présent au congrès, sur le maintien du budget de la PAC dont les agriculteurs français sont les premiers bénéficiaires.

Le syndicat devrait aussi revenir sur ses critiques sur le "verdissement"  de la PAC, les mesures en faveur de l'environnement proposées par M. Ciolos.  Celles-ci prévoient notamment le gel de 7% des terres agricoles, une mesure à laquelle la FNSEA est fermement opposée car en contradiction, selon elle, avec une "agriculture de croissance pour répondre aux besoins alimentaires".

La FNSEA pointe du doigt également la "convergence" des aides européennes qui doit à terme rééquilibrer les soutiens financiers entre les différents pays européens.

Sept candidats ont répondu à l'invitation des organisations professionnelles.

Sept candidats ont répondu à l'invitation des organisations professionnelles

Lire aussi :

François Bayrou : « L’agriculture c’est aussi dans les tripes »

François Hollande : « Je sais qu'il n'y a pas de ruralité sans agriculteurs »

Marine Le Pen traite le président de la FNSEA de "mauvais lobbyiste"

Nicolas Sarkozy prend l’engagement d’alléger les charges en agriculture

Eva Joly se défend d'une "écologie punitive"

Publié par Arielle VERLEY, AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

Pierre

L'ordre alphabétique fait parfois bien les choses...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires