Show open génisses : ils participent au concours des jeunes meneurs

C.Fournier

Show open génisses : ils participent au concours  des jeunes meneurs
Guillaume et Quentin ont sélectionné les génisses en fonction de leur niveau génétique, leur caractère, leur morphologie et leur âge - C.Fournier

Les jeunes frères Teissèdre postuleront au titre de meilleur meneur à Saint-Flour fin octobre.

C'est dans la catégorie montbéliardes, race de l’EARL Teissèdre implantée à Courtines
des Ternes, que Guillaume et Quentin Teissèdre, 19 et 15 ans, concourront. “C’est la première fois que nous participons au concours de jeune meneur, et pourtant c’était dans nos plans... Mais se rendre à Saint-Étienne, c’était difficile à organiser. À Saint-Flour, c’est idéal.” Pour eux, c’est une aventure. Pour autant, tous deux sont familiers de cet exercice de qualité de maîtrise des animaux. Ils l’exercent régulièrement dans les divers comices locaux et cantonaux auxquels l’exploitation parentale participe.
“Enfin, là, c’est autre chose. Il s’agit d’un concours national”, soulignent-ils. Il faudra donc que, le jour J, les animaux soient clippés et dressés, et Quentin récapitule ce qu’il faut réussir : “Les gestes, la marche au pas, les trois ou quatre tours à effectuer sur le ring”, qui peuvent paraître longs quand “il ne faut pas quitter le juge des yeux, défiler normalement, sans stress apparent que sentirait l’animal avec le risque de mal réagir”.

Avec Héritière et Hardie

Complices de cet exercice, Héritière et Hardie, deux génisses de deux ans, devront montrer leur docilité, mais aussi “défiler la tête haute, pour une ligne de dos bien droite, une bonne allure”. Pour Christian et Isabelle Teissèdre, les parents, “Quentin a le don du dressage. Depuis tout petit, il habitue les veaux à sa présence”. Mais Quentin relativise : “Le tout est  d’être  patient,  de  ne  pas s’énerver, de persévérer...” Guillaume, titulaire d’un bac agricole, suit un CS lait au lycée agricole de Brioude Bonnefont, tandis que son frère est scolarisé au lycée agricole de Saint-Flour, en classe de seconde, “production animale”. Et, avec les cours, le temps est limité pour achever la préparation des animaux... Alors les vacances, vendredi, vont leur donner une bouffée d’oxygène : “Nous allons finir de les préparer, les faire marcher. A priori, les génisses sont dociles, mais le licol américain obligatoire pour l’épreuve pose encore problème.” En outre,  Hardie  que  mènera Guillaume a, de son avis, “un caractère plutôt vif” qu’il faudra donc  contenir...

Samedi 25 octobre, les deux frères participeront au concours de présentation des animaux qui désignera la meilleure génisse et auquel plus de 300 bêtes (brunes, holstein et montbéliardes) sont inscrites ; puis, le lendemain, au concours de jeunes meneurs, parmi 116 autres candidats. Là, costume et cravate de l’uniforme du syndicat montbéliard sont de rigueur : “Nous sommes aussi notés sur notre aspect vestimentaire.” Lors de cet Open show laitier, où évidemment, ils espèrent remporter le prix, ils iront chercher aussi “une bonne ambiance entre éleveurs, se comparer, faire une sortie. Ce sera en tout cas une bonne expérience pour nous et, si nous pouvons le refaire à Saint-Étienne, nous le referons”, lancent-ils dans un bel ensemble.

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires