Simagena : Immersion dans le berceau d'une race moderne

PATRICIA OLIVIERI

Invitées par la société KBS Génétic et la SARL Nolorgues, les directrices de communication et de salon du Sia et du Simagena ont pu mesurer tout le potentiel de la race salers.

Elles n'ont pas honte de le dire : l'élevage allaitant, elles n'y connaissent pas grand chose même si elles évoluent toutes deux dans deux temples de la vitrine agricole française : le Salon international de l'agriculture (Sia) et le Sima, le Salon international du machinisme agricole qui accueille tous les deux ans à Villepinte (au nord de Paris) le Simagena, le rendez-vous européen de l'élevage et de la génétique.
Respectivement directrice de communication et directrice de salon (Sima-Sitevi) chez Comexposium, l'organisateur de ces deux salons et d'une centaine d'événements(1), Valérie Lobry-Granger et Martine Degremont ont donc accepté bien volontiers l'invitation dans le berceau des races à viande lancée par Jean-Luc Kress, à la tête de KBS Génétic, société spécialisée dans la vente de reproducteurs limousins, salers, charolais et aubracs et mandatée depuis trois ans par le Sima pour assurer l'organisation de la partie “races à viande” du Simagena.

Une ouverture internationale

Après une visite d'un premier élevage - limousin - puis d'un abattoir du côté de Limoges, celles qui ont la charge notamment de promouvoir le Simagena à l'étranger ont pu toucher du doigt au Gaec Trin (sur son site de Lagarde de Reilhac) les caractéristiques et potentialités de la race salers. “Notre objectif est de faire en sorte que le Simagena, qui accueille tous les deux ans quelque 200 000 visiteurs venus d'une centaine de pays, corresponde bien aux besoins et attentes des éleveurs et aux marchés, estime Martine Degremont. Je pense que le monde de l'élevage est en train de changer et qu'il est important de bien comprendre les stratégies des éleveurs et des acheteurs qui viennent de toute l'Europe, d'Argentine et de plus en plus de l'Europe de l'Est, mais aussi de Chine ou encore de l'Inde”. Des besoins que leur hôte Jean Trin a clairement résumé : “Les gens qui passent au Simagena sont des gens actifs, pressés, qui cherchent un retour sur investissement, pas des philosophes”.
D'où la stratégie affichée par KBS Génétic et son partenaire aveyronnais, la SARL Nolorgues, en vue du prochain Simagena, en février 2011 : sélectionner et promouvoir des salers (taureaux comme vaches) clairement identifiées comme ayant une conformation viande.
Un impératif selon ces deux opérateurs pour séduire de nouveaux clients devenus indispensables à l'heure où la filière vit des heures difficiles.

(1) Dont la Foire de Paris, le Salon international de l'agro-alimentaire,...

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier