Sodiaal mobilisé sur tous les fronts en 2016, “une année à haut risque”

UAR (L'Union Agricole et Rurale) 15 .

Damien Lacombe, aux côtés de Rémi Broncy et Laurent Duplomb, a annoncé qu’une ristourne de 3,50 €/1 000 l aux adhérents serait proposée à la prochaine AG de Sodiaal Union.

C’est un discours réaliste qu’ont livré le 28 avril les responsables de Sodiaal, prédisant une année 2016 encore chahutée, mais aussi une mobilisation forte pour en amortir les effets.

Dire que le marasme actuel de la filière laitière ne tient qu’à un différentiel de quelques pourcents entre l’offre et la demande mondiale. La faute à une Europe qui a remis le pied sur l’accélérateur des volumes, à la fin des quotas, à de bonnes conditions météo qui ont globalement favorisé la production chez les principaux exportateurs et à l’embargo russe. Avec les conséquences que l’on sait en 2015 pour les producteurs français qui ont vu leur prix dégringoler de plus de 60 €/1 000 litres. Et 2016 ne devrait pas permettre de redresser la barre comme l’a reconnu le 28 avril Damien Lacombe, président du groupe Sodiaal dont la section Cantal-Corrèze-Lozère tenait son assemblée générale à Laveissière.

En éclaireur sur le prix

Pas de faux espoirs donc mais des responsables de Sodiaal bien décidés à jouer pleinement leur rôle sur l’échiquier laitier hexagonal et européen en faisant valoir la voix des producteurs comme ils l’ont fait déjà l’été dernier. “Nous avons alors passé une première hausse pour donner une chance aux discussions au sein de la filière d’aboutir”, a souligné le responsable aveyronnais. Un engagement qui n’a certes pas inversé les tendances de fond mais qui a donné une inflexion à la filière. Et si certains ont surchargé le marché, “ce n’est pas le cas de Sodiaal”, a souligné Laurent Duplomb, président de la section Massif central : sur la campagne 2015, les adhérents Sodiaal ont ainsi livré 60 Ml de moins (- 1,4 %) sur les 5 milliards collectés l’année précédente par la coop. Un lait payé en moyenne sur l’année à 303 € (contre 364 € en 2014). Pour les 1 785 exploitations du Massif central, qui se caractérisent par la plus petite moyenne de collecte du groupe (240 000 l/exploitation), ce prix a été légèrement supérieur (305 €) du fait d’une moindre proportion de volumes en prix B (7 % de volumes en B, contre 13 % dans des régions bretonnes). Néanmoins, le différentiel s’estompe pour le prix du lait entier toutes primes incluses (318 €), en raison d’un lait du Massif un peu moins riche. La prime de saisonnalité a elle permis de redistribuer 6 M€ sur les paies des mois d’été. Quid de l’avenir ? “Les perspectives à moyen terme restent favorables avec les besoins mondiaux toujours en hausse mais il faut d’abord digérer tout cet afflux de lait et les stocks générés, sachant que la production continue d’être hyper dynamique dans les pays d’Europe du Nord (Irlande, Danemark...) mais qu’elle va diminuer d’ici fin 2016 en Allemagne, France, mais aussi aux Pays-Bas du fait des contrats phosphore...”, a analysé Damien Lacombe.

Pas d’embellie avant 2017

En clair, il faudra attendre le premier trimestre de 2017 pour une embellie sur le prix du lait. Une embellie à laquelle la coopérative compte bien contribuer en jouant sur deux tableaux. Sur les 40 % de son lait destiné à la GMS, elle considère avoir sécurisé un minimum la valorisation (à hauteur de 320 €) via la signature de la charte laitière de la FNPL, signature scellée en direct par Sodiaal avec “les patrons des plus grandes marques et de la GMS”.  Sur les 60 % restant, une partie est constituée d’excédents (20 %) fléchés vers le marché mondial, et payés au prix B. L’enjeu porte donc aujourd’hui sur les 40 autres pourcents, soit 2 milliards de litres de lait à destination de la restauration hors foyer et du B to B (pour des recettes de produits transformés) avec une valorisation guère au-delà des 230 €. Un secteur sur lequel ne s’applique pas la charte de la FNPL ni une obligation réglementaire de mention de l’origine des composants. “Si on arrive à toucher les décideurs, les élus de nos communes au plus haut niveau, on pourrait protéger ce marché et gagner 20 à 30 €”, estime Laurent Duplomb qui a en outre rappelé l’action de Sodiaal en faveur d’une régulation européenne. Des dizaines d’euros qui seraient plus que bienvenues car pour l’heure Sodiaal a annoncé un prix du lait moyen à 265 € pour le mois de mai, confirmant les craintes des producteurs. “Si on restait à 275 € (prix d’avril NDLR), on allait accuser un fort retard, et on ne serait plus en capacité de différencier les mois d’août”, a justifié Laurent Duplomb. Afin d’en atténuer l’impact pour ses sociétaires, Sodiaal proposera lors de sa prochaine assemblée générale mi-juin une ristourne de 3,5 €/ 1 000 l aux adhérents de l’union, dont 2,5 € en numéraire et 1 € capitalisé. Patricia Olivieri

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

revolution

validation egal sansure

revolution

merci sodial

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires