Solaire photovoltaïque : Les Chambres d'agriculture contestent les nouveaux tarifs

SC

Après l'annonce des nouvelles conditions d'achat de l'électricité produite par des panneaux solaires photovoltaïques, les Chambres d'agriculture dénoncent l'évolution à la baisse de ces tarifs pour les futurs bâtiments agricoles.

Dans la nouvelle grille de tarifs, seules les installations «intégrées» sur les bâtis agricoles déjà «existants» bénéficieraient d'un tarif réduit à 50 cts€/kWh. Les Chambres d'agriculture réclament que les projets d'installations intégrées sur des bâtiments agricoles futurs, dont l'usage professionnel est justifié, puissent aussi bénéficier de ce tarif.

«Concernant les installations sur bâti avec intégration simplifiée (42cts€/kWh) et les installations au sol (31,4cts à 37€/kWh), la différence de tarif amènera les porteurs de projet à se diriger préférentiellement sur des centrales aux sols » estime l'APCA dans son communiqué. Ceci va à l'encontre des objectifs de préservation du foncier agricole prévus dans la Loi de Modernisation Agricole portée par le Ministre de l'Agriculture.

Les Chambres d'agriculture réclament par ailleurs que soient pris en compte les dossiers dont la demande d'achat de l'électricité a été formulée entre le 1er novembre et le 31 décembre 2009, dans le but de respecter les engagements pris durant cette période par les agriculteurs souhaitant développer les énergies renouvelables dans leur exploitation.

La Fnsea se déclare également « pas du tout contente de l'arrêté pris par le gouvernement ». « On pourrait être payé 50 centimes sur un bâtiment existant mais si je construis un nouveau bâtiment le prix descend à 42 centimes. C'est anti-incitatif pour les jeunes », a déclaré Dominique Barraut, son secrétaire général.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier