Sommet de l’élevage : les organisateurs voient plus grand

Lise MONTEILLET

Sommet de l’élevage : les organisateurs voient plus grand

Avec 85 000 visiteurs professionnels attendus et 76 000 m2 de stands, les organisateurs du Sommet de l’élevage 2016 entendent renouer avec le succès des éditions précédentes et oublier le bilan en demi-teinte de l’édition 2015, marquée par l’absence d’animaux.

La crise sanitaire qui avait quelque peu gâché la fête en 2015 n’a pas entaché le moral des organisateurs du Sommet de l’élevage. L’édition 2016, qui se déroulera les 5, 6 et 7 octobre à Clermont Ferrand, est déjà sur les rails. Avec une nouveauté notable : l’utilisation du zénith pour présenter l’ensemble des races allaitantes. Un investissement nécessaire pour « redonner de l’éclat au Sommet », selon Jacques Chazalet, le président de la manifestation. L’an passé, en effet, les halls d’exposition étaient restés vides d’animaux pour cause de fièvre catarrhale ovine. Cela a été un coup dur pour les organisateurs du Sommet, qui ont enregistré une baisse de 22 % de la fréquentation.

Au programme de l’édition 2016

Côté concours, la race charolaise organisera lors de cette édition son concours national, la race Simmental une confrontation européenne et la race Prim’Hostein son challenge France.

L’évènement prendra aussi une tournure politique avec la venue confirmée de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, et de Phil Hogan, commissaire européen à l’agriculture et au développement rural. Nul doute que les éleveurs saisiront l’occasion d’interpeller ces décideurs, alors que l’agriculture traverse une crise profonde. Manuel Valls, Premier ministre, a lui aussi été invité mais n’a pas encore répondu à la sollicitation des organisateurs.                                      

Et demain ?

Dans les années à venir, les organisateurs du Sommet voient plus grand pour leur manifestation. « On a envie de progresser en quantité et en qualité », annonce Fabrice Berthon, le commissaire général. 2017 sera l’occasion de restructurer l’évènement, en augmentant de 30 000 m2 la surface extérieure. Et d’ajouter : « d’ici 5 ans, une réflexion va être conduite pour construire une deuxième halle en dur ». L’ambition est clairement affichée : devenir le premier salon agricole en termes de mètres carrés d’exposition. Ouvrir le Sommet pendant quatre jours, soit un jour de plus, est une autre piste étudiée. Sans pour autant dénaturer l’évènement, qui restera « professionnel », selon les vœux des organisateurs. « Faisons des manifestations à caractère grand public dans les grands bassins de consommation et des salons à caractère professionnel dans les grands bassins de production », a ainsi résumé Fabrice Berthon. 

A lire aussi : 

Palmarès : 12 innovations primées aux Sommets d’or

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires