Sommet de la FAO : Les recommandations de l'ONU face à la crise alimentaire mondiale

DD (d'après AFP)

Aide aux petits agriculteurs en Afrique, levée des barrières commerciales, mesures de protection sociale: les recommandations de l'ONU pour résoudre la crise alimentaire sont au centre des discussions du sommet de la FAO à Rome qui se termine jeudi.

Ces recommandations sont inclues dans le « Cadre global d'action » mis au point par la cellule spéciale sur la crise alimentaire de l'ONU, qui rassemble les chefs des agences onusiennes, de la Banque Mondiale et du FMI. Ces mesures d'urgence et à plus long terme, qui doivent encore être discutées au G8 en juillet au Japon, sont les suivantes, selon un document provisoire.

Mesures d'urgence

- L'ONU préconise d'augmenter l'aide alimentaire pour protéger les populations, via notamment des bons d'alimentation et des sommes d'argent.
- Mise en place de mesures de protection sociale, tels que des programmes d'assistance aux femmes et aux enfants ou une aide médicale de base.
- Favoriser, dans le cadre des programmes d'aide, la distribution de denrées issues des cultures locales afin de stimuler la production locale.
- L'ONU demande aux Nations fournissant de l'aide par son intermédiaire de ne pas désigner de pays destinataire, afin de permettre sa distribution là où elle est le plus nécessaire.
- Politiques commerciales et douanières: minimiser les restrictions à l'exportation, réduire temporairement les taxes à l'importation et sur la valeur ajoutée pour les denrées et les intrants (semences, engrais).

Mesures à long terme

- Soutien aux petits producteurs grâce à des politiques favorisant les investissements dans l'agriculture. L'ONU préconise le regroupement de petits agriculteurs pour favoriser les économies d'échelle.
- Investir dans la recherche, développer la culture de racines, tubercules et certaines céréales (sorgho, millet), et de technologies améliorant la fertilité des terres.
- Conclure les négociations du cycle de Doha: la libre concurrence peut satisfaire les besoins de tous les pays et stimuler la production dans les pays pauvres, estime l'ONU.
- Développer les infrastructures et améliorer les systèmes de protection sociale, en ciblant les populations les plus dans le besoin.
- Améliorer la gestion des risques liés à l'insécurité alimentaire : perfectionner les systèmes de contrôles.
- Promouvoir la recherche et le développement sur les biocarburants, en favorisant ceux qui ne sont pas issus de cultures destinées à l'alimentation, revoir les subventions à la production et les barrières commerciales pour ce type d'énergie, améliorer l'évaluation de l'impact des biocarburants sur la disponibilité de denrées alimentaires.

Publié par DD (d'après AFP)

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier