Sondage : les exploitants agricoles pessimistes sur leur activité

Sondage : les exploitants agricoles pessimistes sur leur activité

Plus de 40% des exploitants agricoles sont pessimistes sur leur avenir et jugent pour plus d'un quart d'entre eux que leur situation économique est "mauvaise", selon le baromètre de la FNSEA publié mercredi.

Sur 1.500 agriculteurs interrogés mi-juin par l'Ifop à la demande du premier syndicat agricole, 26% jugent la situation économique actuelle de leur exploitation "mauvaise" ou très mauvaise et 43% s'apprêtent à la voir se dégrader dans les deux à trois prochaines années. En mars, ils étaient respectivement 22% et 38% à exprimer ce point de vue. Pourtant ils reconnaissent que la situation financière des exploitations a peu évolué sur les trois derniers mois et qu'elle tend à se stabiliser pour 64% d'entre elles. Ils sont aussi 65% (+2 points) à penser qu'elle évoluera peu sur le prochain trimestre. "Cet indicateur de stabilité a progressé de 5 points depuis juin 2013", souligne la FNSEA. Mais la part de ceux ayant vu leur situation économique se détériorer a aussi légèrement progressé sur les trois derniers mois, de 28 à 30% avec même 36% des exploitants qui annoncent rencontrer des "difficultés importantes" ou très importantes dans leur activité.Parmi ces difficultés, ils citent le coût du travail (55%), les charges d'exploitations (53%), la réglementation (46%), les cours et les prix de la production (39%). Ce sont d'ailleurs les difficultés financières qui pourraient pousser 40% des personnes interrogées à cesser leur activité avant la retraite. Enfin 39% ont éprouvé des difficultés liées au climat: l'enquête a été réalisée du 15 au 30 juin après plusieurs épisodes de grêle sur les cultures fragiles et un début de stress hydrique dans certaines régions. A ce stade, les plus optimistes se rencontraient en maraichage et viticulture (avant la grêle) et principalement en Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes.

Les CDD en augmentation

A l'inverse, note la FNSEA, les éleveurs de bovins, caprins, ovins (soumis à une baisse des cours), les exploitants en grandes cultures et ceux d'Ile-de-France, du Nord, de Picardie, Normandie, Bourgogne, Franche-Comté et Centre se montraient plus pessimistes. Enfin depuis trois ans le baromètre montre une progression constante du nombre de CDD (14% d'embauche en juin, contre 11% en 2011), très variable selon les secteurs (vendanges, cueillettes) et même une progression de six points entre 2009 et 2013, mais un léger recul (-2%) des CDI. Enquête réalisée par l'Ifop par téléphone du 16 au 30 juin selon la méthode des quotas auprès de 1.502 exploitants agricoles représentatifs des 
exploitations professionnelles.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

szut

pas besoin de sondage,400 suicides par an!!!

LOCAL8149

eveur bovin en gaec sur 47 ha

altitude1014

En Rhones alpes, les agriculteurs sont plutot optimistes?...Region de petites et moyennes exploitations, souvent de montagne , d'élevage ou de productions diversifiées. Une region ou les villages sont nombreux et vivent. C'est bien la preuve que de super exploitations qui investissent suivant les modèles super productivistes, des centaines d'hectares; Produire toujours plus proné par Le grand syndicat... Alors ??? CE n'est pas le bonheur!!!

eleveur

dommage que le sondage ne sois pas secteur/secteur

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires