Statistiques : Flambée des cours des grandes cultures

Les derniers chiffres publiés par le ministère confirment la flambée des cours des grandes cultures en juillet et août 2010.

«Par rapport à 2009, le blé tendre rendu Rouen a augmenté de 43% en moyenne sur les deux premiers mois de campagne, et de 71% en août grimpant à 209 €/t», confirme le service statistique du ministère dans sa dernière lettre de conjoncture.

Les raisons de ce succès : l'attractivité du blé français. En effet, suite aux événements de la mer Noire, les marchés doivent se réorganiser et les importateurs de blé se tournent vers de nouveaux fournisseurs.

Or, en raison des taux de fret, le blé français est avantagé par rapport aux blés en provenance des États-Unis sur les destinations du pourtour méditerranéen. En particulier l'Égypte, premier importateur de blé au monde et principalement client de la Russie, a dû diversifier ses fournisseurs. C'est auprès de la France qu'elle s'est procurée 75% des 240.000 tonnes de blé achetées le 25 août.

Fin août, les cours du blé ne s'affaiblissent pas, et les incertitudes sur l'ensemencement en Russie pour la prochaine récolte sont un facteur de tensions pour les semaines à venir.

La hausse la plus nette concerne l'orge

Le marché du maïs suit la même tendance à la hausse. Malgré une récolte record, la demande est telle que les stocks diminuent pour la seconde année consécutive, atteignant un niveau assez bas. Pour le maïs rendu Bordeaux, le prix moyen entre juillet et août 2010 est de 166€/t, correspondant à une augmentation de 35% par rapport à 2009 (+ 52% pour le seul mois d'août).

La hausse des cours des céréales françaises la plus nette concerne l'orge rendu Rouen. En moyenne sur juillet et août, son cours s'élève à 176 €/t (+48% par rapport à 2009). En août, la progression atteint 78% par rapport à août 2009. Cependant, le prix de l'orge était tombé l'an dernier à un niveau particulièrement bas, à cause d'une récolte française très abondante.

Les cours des oléagineux, qui étaient restés relativement plus soutenus que ceux des céréales durant la campagne 2009/2010, marquent des hausses modestes pour le soja, mais importantes pour le colza et le tournesol. Le marché de ce dernier est plus localisé et dépendant des productions européennes, en particulier de l'est de l'Europe.

 

Source Agreste Conjoncture Grandes Cultures

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires