Stéphane Le Foll « est déjà parti » selon la Coordination rurale

Lise Monteillet

Stéphane Le Foll « est déjà parti » selon la Coordination rurale
Bernard Lannes et Véronique Le Floc'h

La Coordination rurale a employé des mots très durs contre le ministre de l’Agriculture, à l’occasion de la traditionnelle présentation des vœux à la presse.

Des fermes « transparentes »

2017 sera une année marquée par l’élection présidentielle. La Coordination rurale est en train de constituer une liste de fermes que les candidats seront invités à visiter. Des visites qui seront réalisées « en toute transparence ». « Nous montrerons les comptabilités, les vrais chiffres », insiste Bernard Lannes. 

« Stéphane Le Foll, je pense qu’il est déjà parti », lance Bernard Lannes, le président de la Coordination rurale. Celle-ci déplore que le ministre de l’Agriculture ne se soit pas rendu à son congrès annuel, qui a eu lieu quelques semaines plus tôt. « On est dans un bateau où il n’y a plus de gouvernail », regrette Bernard Lannes.  Il accuse le ministre d’avoir lancé sa dernière « torpille » avec l’augmentation de la cotisation de la retraite complémentaire agricole.

Il n’approuve pas davantage les actions menées par Stéphane Le Foll tout au long de son mandat. Sur l’agroécologie et l’agriculture biologique, il pointe du doigt « les rafistolages » à l’œuvre dans les régions, afin de pallier les retards de paiement des aides à la conversion vers l’agriculture biologique. « On fait de l’incantation, on engouffre des jeunes dans cette voie (…) A l’arrivée j’ai bien peur que la Bio ne soit pas budgétisée », alerte-t-il.

« De la chair à canon »

Fidèle à son ton habituel, Bernard Lannes estime que les jeunes agriculteurs sont traités comme « de la chair à canon ». Concernant le plan de soutien aux producteurs, il explique : « les agriculteurs n’ont plus de matelas pour absorber les chocs et se retrouvent face à des banquiers et tout un système qui vont les enfoncer un peu plus ».

Alors que le versement des aides Pac a permis de calmer momentanément les esprits, les difficultés vont arriver « dans le premier trimestre 2017 », estime le président. Selon la Coordination rurale, 10 000 exploitations seraient sur le point de cesser leur activité suite à des difficultés financières. Plusieurs rapports prévoient une diminution du nombre d’agriculteurs dans les années à venir. « Mais personne ne les dénonce ! » s’exclame pour sa part Véronique le Floc’h, la nouvelle secrétaire générale.

De petites victoires

Petite consolation : les agriculteurs qui demanderont l’aide à la reconversion ne devraient finalement pas avoir à renoncer définitivement à leur profession. « Si cela avait été le cas, nous serions allés porter plainte au niveau de l’Europe pour discrimination », souligne-t-il.

Autre motif de satisfaction pour la Coordination rurale : son entrée dans le conseil d’administration des Safer régionales. « C’est une grande victoire », lance Bernard Lannes, qui en profite, au passage, pour préciser la position de son syndicat. « Nous étions contre le droit de préemption de la Safer tant qu’il était aux mains de certains. Dans certains coins reculés, comme en Aveyron, c’était du féodalisme ». Il appelle à « remettre de l’éthique » dans la gestion du foncier, notamment par une refonte du droit rural avec une remise à plat du fermage. 

Sur le même sujet

Commentaires 1

Berrichon

La question est plutôt : est ce qu'il a déjà été présent !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier