Stéphane Le Foll se défend de mener une politique agricole industrielle

S C

Stéphane Le Foll se défend de mener une politique agricole industrielle

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll "conteste " mener une politique d'industrialisation de l'agriculture française, comme l’a prétendu la Confédération paysanne il y a quelques semaines.

"Je conteste formellement" toute stratégie d'industrialisation agricole, a affirmé Stéphane Le Foll lors d'une conférence de presse, estimant que son objectif est  au contraire de "garder le maximum d'agriculteurs sur l'ensemble du territoire  et de  promouvoir le développement d’exploitations moyennes".

Pour la première fois, la nouvelle PAC instaure par exemple la dégressivité des aides pour le premier pilier qui apportera une aide plus élevée aux premiers  52 hectares des exploitations (soit la surface moyenne des exploitations françaises).

Idem dans le domaine de l’élevage où les choix de la PAC ont abouti à une aide plus importante sur les premiers animaux : les aides commencent à décroître au-delà la 50e vache pour les races allaitantes, de la 40e pour les vaches laitières, et de la 30e pour les laitières en zone de montagne. En montagne, les primes sont doublées pour lutter contre le risque "de voir disparaître la production laitière dans ces zones "  après la fin des quotas laitiers le 31 mars.

"Paiement distributif, dégressivité, tout a été fait pour que les exploitations de taille moyenne soient celles qui reçoivent les sommes les plus importantes" a-t-il répété, tout en précisant promouvoir " le regroupement d’agriculteur ".

La reconnaissance à l'échelle européenne des Groupements agricoles d'exploitation en commun (GAEC) et de leur transparence vis-à-vis des aides mais aussi  la création des Groupement d'intérêt économique et environnemental (GIEE) participent aussi de cette politique, estime  le ministre.

Vaches laitières : 500 maxi en France, 7.000 en Allemagne

La Confédération paysanne a présenté fin février, au cours d’un débat télévisé,  une carte recensant une trentaine de "fermes usines" en France, à l'instar de la controversée "ferme des 1.000 vaches" en Picardie. « Sur ces trente projets, 50% était le fait de regroupements d’agriculteurs, ¼ ne sont que des projets au stade de l’enquête public et le dernier quart fait l’objet de recours administratifs », précise le ministre.

Le nombre moyen d'animaux dans les élevages français est souvent bien inférieur aux pays voisins, a-t-il souligné, avec par exemple 55 vaches laitières en moyenne en France, le maximum étant 500 vaches (à la ferme dite des '1.000 vaches'). En Allemagne et aux Royaume-Uni, certaines exploitations peuvent atteindre 7.000 vaches laitières précise-t-il.

La moyenne française des élevages de poulets de chair est de 3.680 en France contre plus de 7.000 en Italie et 60.000 au Royaume-Uni. Celle des poules pondeuses est de 623 contre 31.000 aux Pays-Bas et 2.000 au Royaume-Uni.

  

Sur le même sujet

Commentaires 9

damien36

Quelle est le montant de l'enveloppe globale des DPU en france? Quelle est son évolution depuis les dernières années?
je n'ai pas la réponse, mais je doute que ça augmente...

freiheit

si le salaire de notre folle national etait revu a la baisse comme nos pseudo revenu, j crois qu il ne se donnerai pas autant de mal a garder son petit poste que nous a survivre dans nos exploitations;;;;;;;;;

dob

hypocrisie

AIGLE201

privilégier les exploitations moyennes c'est déjà faire une croix sur les petites. privilégier les exploitations moyennes c'est les perfuser pendant quelques années pour les regrouper plus tard et en faire des grosses.En fait on continue l'industrialisation de l'agriculture au grand dam de l'emploi. Comme dans l'industrie on dit qu'il n'y aura pas de licenciement sec, que des départ volontaires, mais en fait c'est toujours des emplois en moins ( 36% de retraités + 15% de chômeurs + 25% de moins de 20 ans )nos responsables continuent la logique valable dans les années 70.

laitier35

vous avez dit ministre......fonctionnaire désigné pour s'occuper de cette masse d'agriculteurs génant le bien-être des financiers

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires