Stéphane Travert et Nicolas Hulot vont travailler « de concert » sur les États généraux

Lise Monteillet

« Vous n’arriverez pas, ni avec moi, ni avec Nicolas Hulot, à opposer agriculture et environnement » a déclaré Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture, lors d’une visite conjointe d’un centre de l’Inra à Versailles, le 10 juillet.

Un hommage aux chercheurs

Cette visite avait pour vocation de rendre hommage aux chercheurs de l’Inra. « Nous avons besoin de porter l’innovation en France et l’Inra est un laboratoire d’excellence », a indiqué Stéphane Travert. « La recherche va nous permettre d’éviter des tas d’externalités négatives. Ici, une équation magnifique est en train de se mettre en forme. Il s’agit de l’association de l’intelligence de l’homme et de la nature. On n’est pas ici pour transformer le vivant, on est là pour se saisir de son ingéniosité » a ajouté Nicolas Hulot. 

Quelques jours après le différend qui les avait opposés au sujet des néonicotinoïdes, les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique affichent leur unité. « On nous a confronté avant même qu’on ait pu parler » a expliqué Nicolas Hulot, à l’issue de la visite. « Sur les États généraux de l’alimentation, on va travailler de concert. Et je suis sûr qu’on va en sortir par le haut », a-t-il assuré.

« Aujourd’hui nous avons besoin de créer de la valeur et de mieux la répartir. C’est l’objectif que nous nous fixons avec les États généraux qui seront lancés fin juillet par le président de la République », a rappelé Stéphane Travert. De son côté, Nicolas Hulot a souhaité « que les postures tombent » et que chacun prenne acte de la situation « économiquement et psychologiquement terrible » que traverse une majorité d’agriculteurs.

Des modèles plus vertueux

Pour Stéphane Travert, les pouvoirs publics doivent « aider les agriculteurs, à travers la recherche, à travers l’innovation, à regagner de la compétitivité et à porter des modèles les plus vertueux possibles ». « Il faut qu’on fasse sortir de cette précarité bon nombre d’agriculteurs, et je pense que la diversification du modèle agricole va le permettre. On va essayer de trouver un équilibre entre ce qu’on appelle le conventionnel, l’agroécologie, le bio, les circuits courts » a poursuivi Nicolas Hulot.

Les États généraux seront donc l’occasion d’aborder le lien entre agriculture, santé et environnement. Plusieurs sujets seront mis sur la table. « On peut se fixer comme objectif de réduire nos importations de protéines végétales qui viennent nourrir notre bétail, au détriment de la forêt amazonienne », a évoqué Nicolas Hulot.  Les deux ministres partagent aussi l’ambition d’atteindre la souveraineté alimentaire de la France. Quant au sujet du bien-être animal, il ne sera pas écarté des discussions. « Ce n’est pas un sujet tabou, j’en ai même parlé ce matin avec la FNSEA », a précisé Nicolas Hulot. 

Sur le même sujet

Commentaires 5

PAGAIE9435

Hulot semble agir comme si les GMS le payaient pour faire capoter l'indispensable débat sur le partage de la valeur ajoutée tout au long de la filière. Il veut le détourner vers des sujets vagues et lointains comme la déforestation amazonienne.
Il est temps que la démarche néo religieuse des écologistes fasse place à une analyse factuelle appuyée sur l'expérimentation comparative rigoureuse et au champ des diverses voies possibles. On raisonnera alors sur les bénéfices et coûts de chaque solution.

duracuire

avec stéphane Hulot et nicolas de Travers et bien les amis on n'est pas prét de marcher droit .....en marche vers le casse pipe perpétuel .....il n'y a toujours eu que des "brelles" pour l'agriculture , des ministres au "frocs a la main " sans bretelles

DIGUE3942

à Pagra T:super analyse !!!!

JMB

Tout à fait d'accord avec PàgraT. Vu sur le site du 'monde.fr' de ce jour : "Le juge administratif annule un projet de parc éolien dans le Morbihan" et en même temps " Nicolas Hulot annonce qu’il faudra fermer « peut-être jusqu’à 17 » réacteurs nucléaires (lemonde.fr du 10/07) tout en abandonnant le véhicule thermique et en promulguant la voiture électrique.
Le tournis provoqué par les errements de ce gouvernement vont-il s'accentuer jusqu'à la nausée ?
"Choisir c'est renoncer" écrivait A. Gide. Notre président philosophe ne semble pas en mesure de renoncer. Il ne veut donc pas choisir...

PàgraT

L'art du " en même temps " se généralise au gouvernement. Ouvrir les marchés à tous les vents, des normes françaises pour les produits français uniquement, une administration asphyxiante, des citoyens consommateurs exigeants avec des porte monnaie en peau d'hérisson et une grande distribution, une main sur le coeur et l'autre sur la gachette; ça ne va pas être facile de laisser du revenu aux paysans!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier