Stockage du carbone : l’initiative 4 pour 1000 se structure

Lise Monteillet

Stockage du carbone : l’initiative 4 pour 1000 se structure

La prochaine Cop 22 sera l’occasion d’officialiser la gouvernance de l’initiative 4 pour 1000, ainsi que de remettre les sols au cœur de la stratégie de lutte contre le changement climatique.

La jeunesse mobilisée avec Climatch

Stockage du carbone : l’initiative 4 pour 1000 se structure

Dans le cadre de la Cop 22, un évènement réunissant la jeunesse se déroulera à Paris, le lundi 14 novembre. L’idée : organiser des matchs d’improvisation théâtrale autour de la question du climat et des sols. Les étudiants sur les planches sont issus des écoles de l’enseignement supérieur agricole. 

L’initiative 4 pour 1000 s’apprête à franchir une nouvelle étape, le 17 novembre, lors de la Cop 22 à Marrakech, avec l’officialisation de ses instances de gouvernance.

Cette démarche, lancée un an plus tôt par la France, vise à améliorer les stocks de matière organique des sols.  « Les sols agricoles et forestiers ne sont pas un problème mais plutôt une solution au changement climatique », rappelle Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, lors d’une conférence de presse consacrée au sujet, le 21 octobre.

Ainsi, une croissance annuelle du stock de carbone dans les sols de 4 pour 1000 suffirait à stopper l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère. 170 partenaires sont actuellement signataires de la démarche, dont une trentaine d’États. Ce nombre est voué à augmenter selon le ministère de l’Agriculture qui compte sur la Cop 22 pour créer « un effet d’entraînement ».

La gouvernance sera répartie entre plusieurs structures : un consortium qui assure le pilotage, un forum qui réunit tous les partenaires y compris des entreprises, un conseil scientifique et technique qui propose un référentiel sur lequel s’appuyer pour financer les projets, ainsi qu’un secrétariat exécutif.

L’initiative 4 pour 1000 a vocation à mettre « en relation les financements et les projets, partout dans le monde », souligne Stéphane Le Foll. L’enjeu est d’apporter des réponses techniques adaptées à tous les systèmes, qui se traduiront ensuite par des politiques publiques et des investissements. 

Sur le même sujet

Commentaires 6

alex

le problème de 4 pour 1000, c'est que son objectif de fixation du carbone par le sol en supprimant le labour, sont en contradiction avec les travaux de l'INRA et des essais longue durée, où il est démontré très clairement que quelques soient les modalités de travail du sol ou non, la captation du carbone est identique, seule varie la répartition dans le profil.
Une fois encore, le ministre de l'agriculture démontre qu'il est influencé par la vision monolithique de l'auteur de "l'agriculture écologiquement intensive"
Nous, agriculteurs, nous sommes en train de crever dans un silence ahurissant par les prix en dessous des coûts de production.(0.04 € dans une baguette de0.90€)mais nous devons sauver la terre....

Zéro GES + zéro PAC

Si, par des incitations financières agro-environnementales, le céréalier est amené à changer ses techniques culturales, cela nous laisse penser que ces techniques sont aléatoires. Alors il faudrait actualiser les termes qui définissent notre agriculture par : modèle dominant aléatoire.
Après 7 décennies d’une agriculture dite « moderne », l’homme (inclus les institutions comme l'INRA) commence tout juste à s’intéresser à la vie du sol et donc à la nature, qui, par son expérience forgée sur des millions d’années, force le respect.
Il est à souhaiter qu’un jour prochain car le temps presse, les contraintes écologiques primeront sur les contraintes économiques. Mais c’est pas gagné ! Surtout avec la droite au pouvoir.

Pie2013

Quand rémunèreras t'on correctement les prairies naturelles pour le stockage de carbone qui ne sont jamais retournées

AGREGATS

Personne ne parle de réduire la pollution... Les pollutions augmentent mais personne n'en parle... Les paysans ne sont pas responsables de ces abus d'un système qui consiste à toujours plus...

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

super, nous sommes et apportons des solutions pour que le monde de demain survive. mais pourquoi donc aujourd'hui on nous tue économiquement alors que demain on a besoin de nous?????aussi longtemps que des I..... nous gouvernent ça ne changera pas.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires