Sucre : Un marché mondial en quasi-équilibre en 2010/2011

Sucre : Un marché mondial en quasi-équilibre en 2010/2011

Le marché mondial du sucre devrait connaître un quasi équilibre entre offre et demande, selon un rapport de l'Organisation internationale du sucre (ISO). L'ISO a révisé en très forte baisse le surplus attendu cette année en raison d'une production décevante.

Sur la saison allant d'octobre 2010 à septembre 2011, l'excédent de production devrait se limiter à 196.000 tonnes, alors que l'ISO prévoyait un surplus d'au moins 1,2 million de tonnes. « Nous avons révisé en nette baisse nos prévisions de production, de plus de 900.000 tonnes », explique l'organisation internationale dans son rapport trimestriel, mettant en avant des conditions climatiques très défavorables aux récoltes.

La production mondiale devrait progresser de 4,66% par rapport à l'année précédente, à 168,04 millions de tonnes (Mt). Bien qu'il s'agisse toujours d'un chiffre de production record, il est inférieur aux 169 Mt sur lesquelles tablait l'organisation fin novembre.

« Après la fin des récoltes de betterave dans l'hémisphère nord et le pic de la production de canne à sucre dans les régions équatoriales, il s'avère que la plupart des pays producteurs ont échoué à remplir leurs objectifs de production », observaient les analystes de l'organisation.

La récolte australienne ravagée par les pluies

Au Brésil, premier producteur mondial, la production annuelle de sucre devrait être de 39,9 Mt, en baisse de 2,5%. L'Australie, troisième exportateur de la planète, a quant à elle vu sa récolte ravagée par des pluies abondantes suivies d'inondations, puis le passage du cyclone Yasi qui a détruit jusqu'à 10% de la production nationale. L'ISO mise donc pour 2010/2011 sur une production australienne de 3,9 Mt, soit 5% de moins qu'en 2009/2010, et 26% de moins qu'en 2008/2009. Les exportations australiennes devraient chuter de 1 Mt sur l'année.

Les prévisions sont plus optimistes pour la Thaïlande (avec une hausse attendue de la production de 8%) et pour l'Inde, deuxième producteur mondial, qui devrait voir sa production bondir de plus de 7 Mt (+36%), à 28 Mt. Mais l'Inde ne devrait pas suffire à soulager la pression du marché mondial : soucieux de constituer des stocks en ces périodes d'inflation des prix alimentaires, le pays pourrait décider de limiter ses exportations, estimées par l'ISO à 1,9 Mt.


Les stocks ne devraient pas se reconstituer

Alors que les deux dernières années ont été marquées par un énorme déficit de production sur le marché (3,98 Mt l'an dernier), les stocks mondiaux de sucre, au plus bas depuis 20 ans, ne devraient pas se reconstituer cette année, et rester à leur niveau actuel, à 58 Mt, soit 35% d'une année de consommation. Or, dans le même temps, l'ISO a relevé ses prévisions de demande mondiale: selon l'organisation, la consommation de sucre devrait progresser de 2%, à
167,85 Mt.

Dans ce contexte, les tensions sur les approvisionnements face à une demande robuste pourraient à nouveau faire monter les cours du sucre, grimpés début février à leur plus haut niveau depuis plus de trente ans à New York. « N'importe quelle perturbation météorologique, pour l'instant imprévue, qui affecterait la production pourrait aisément menacer le fragile équilibre de la balance commerciale » sur le marché du sucre, avertit l'ISO.

L'Organisation internationale du sucre, dont le siège est à Londres, associe depuis 1992 les principaux pays exportateurs et consommateurs de sucre de la planète, représentant 81% de la production et 65% de la consommation mondiale.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier