Syndicalisme : Lait : coups de semonce contre industriels et distribution

Thierry Guillemot

Syndicalisme : Lait : coups de semonce contre industriels et distribution

Le bras de fer entre producteurs de lait, industriels et grande distribution est désormais bien engagé. Le mouvement pourrait se durcir de façon significative dans les prochains jours si l'aval campe sur ses positions.

La mobilisation des producteurs de lait se poursuit. Pendant toute la semaine, ils ont manifesté sur différents sites pour protester contre la baisse du prix du lait proposée par les transformateurs.
A Paris, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) déplorait le double discours des transformateurs, celui tenu par les industriels sur le terrain qui n'a pas grand-chose à voir avec les prétentions évoquées par les fédérations nationales (Fnil et FNCL). Quoiqu'il en soit, la FNPL maintient la pression et menace “de renforcer les actions” si les entreprises ne mettent pas des propositions “constructives” sur la table.
En déplacement à Nantes, le 23 octobre, le ministre de l'Agriculture a tenu à déclarer qu'il tenait à “garder un cadre de négociation et un outil de référence national” et souhaité que les discussions menées actuellement au sein de l'interprofession aboutissent “à trouver le prix juste et équitable”. Il s'était montré plus optimiste, quelques jours plus tôt, en déclarant à la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale qu'un accord pourrait intervenir d'ici une quinzaine de jours.
A plus long terme, Michel Barnier a indiqué à Nantes qu'il ne laissera pas “détricoter les quotas laitiers sans que l'on prenne des précautions” dans le cadre des négociations sur l'avenir de la Pac. Avant d'affirmer qu'il restait favorable à “une production maîtrisée et limitée” et qu'il n'acceptera pas “le déménagement de l'économie laitière de ce pays”.

Nathalie Lepelletier

Nathalie Lepelletier

Une première salve dans le calme

La mobilisation a été relayée dans le Calvados. A l'appel de la FDSEA et des JA, des actions symboliques ont été menées face aux grilles des insdustriels. A Lisieux, à Clécy, à Balleroy (...), depuis lundi, on a joué la carte du dialogue et de l'explication de texte à défaut de pouvoir abattre celle de la concertation. Mais la transformation n'est pas seule dans le collimateur des producteurs de lait. FDSEA et JA se sont également rappelés au bon souvenir de la grande distribution. Samedi dernier, une cinquantaine de producteurs a enrubanné le rayon produits laitiers de l'Intermarché d'Isigny-Ste-Mère.“Sur le segment crèmerie, nos marges ont baissé depuis l'an dernier, a tenté de justifier le patron des lieux. Dans le secteur de la grande distribution, un point de chiffre d'affaires en moins et un point de charge en plus, c'est la clé sous la porte.” Un argument qui n'a pas convaincu les manifestants tant il est vrai que les dépôts de bilan, dans le rayon grande surface, on en comptabilise guère.
Mais le calme relatif de cette première semaine d'actions est-il durable ? Tout dépend de l'évolution des négociations et avec la fin des ensilages, la mobilisation pourrait prendre de l'ampleur.

Patrice Lepainteur.

Patrice Lepainteur.

 

Source Réussir l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires