Système U propose de rétablir des relations commerciales "équilibrées et justes"

Système U propose de rétablir des relations commerciales "équilibrées et justes"

Le PDG de Système U, Serge Papin, a envoyé une note aux ministères de l'Economie, du Commerce et de l'Agriculture, afin de rétablir des relations commerciales "équilibrées et justes" entre distributeurs et fournisseurs, notamment les PME.

"La guerre des prix et la faible croissance économique mettent actuellement en difficulté certaines filières agricoles françaises ainsi que de nombreuses PME de l'agroalimentaire", souligne le patron de l'enseigne de distribution dans un communiqué.

Serge Papin a donc fait parvenir aux ministères concernés par cette question une note en date du 14 mars, dans laquelle il formule plusieurs propositions pour tenter de rééquilibrer les relations commerciales entre éleveurs, industriels et distributeurs.

Pour des contrats tripartites

A l'image de ce qu'il avait déjà annoncé début mars sur le lait, M. Papin souhaite notamment que des contrats tripartites soient mis en place "permettant une visibilité pluriannuelle sur la durée de la relation, comme sur la répartition de la valeur".

Aujourd'hui, la grande distribution passe des contrats avec les industriels pour acheter les produits laitiers par exemple, et les industriels passent ensuite des contrats avec les éleveurs pour leur acheter le lait. Ces contrats bilatéraux ne permettent pas de répercuter les hausses des prix des matières premières de façon satisfaisante, estime Serge Papin.

Dans la même logique, le distributeur réclame qu'un mécanisme de révision des prix "tenant compte des variations des cours de matières premières" soit instauré pour les produits "dont le prix de revient est fortement lié aux matières premières (lait, volaille et produits dérivés...)". Cette révision des prix devrait s'appliquer aussi bien aux marques distributeurs qu'aux marques nationales, est-il ajouté.

Une guerre des prix féroce

Enfin, Serge Papin se prononce en faveur d'une "redéfinition du calcul du seuil de revente à perte (SRP) intégrant une partie des coûts de distribution afin de rééquilibrer au profit des PME et des filières" les ajustements pratiqués en magasins.

Actuellement, certains distributeurs, se livrant une guerre des prix féroce, vendent certains produits de grandes marques à marge zéro (la revente à perte est interdite), et récupèrent leurs marges sur d'autres produits moins visibles et souvent fabriqués par de petits producteurs ou PME aux marges de négociations plus limitées, indique Système U.

M. Papin propose donc que le SRP soit majoré d'un coefficient de 1,15 pour l'ensemble des produits, afin de remettre tout le monde sur un pied d'égalité. "Ces propositions ne sont envisageables que si elles s'inscrivent dans le cadre d'un dispositif législatif s'appliquant à tous", estime le PDG.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires