Tabaculture en Aveyron : La réforme menace

Didier BOUVILLE

Des Aveyronnais étaient parmi les 10 000 tabaculteurs qui ont manifesté récemment à Bruxelles contre une réforme de l'OMC. Le point de vue de Michel Puech, producteur de tabac à Sébrazac, représentant de la filière à la FDSEA de l'Aveyron.

- Quel était l'enjeu de cette action à Bruxelles ?

C'est un enjeu vital pour notre profession et notre région. Les producteurs se sont fortement mobilisés devant le Conseil Européen de Bruxelles. Il y avait 200 tabaculteurs de l'Aveyron et du Lot. La commission européenne veut modifier l'attribution des primes dès 2010, en les découplant à 50 % à travers les DPU, au lieu des 40% actuels. L'autre moitié des aides serait inclue, toujours à partir de 2010, dans le second pilier de la PAC, celui du soutien au développement rural. Nous voulons donc conserver jusqu'en 2013 l'organisation de marché actuelle avec 40% de la prime découplée dans les DPU, et les 60 % qui restent liés à la production.

- Comment voyez-vous l'avenir ?

Il faut savoir que le marché du tabac est en manque de matières premières. En Aveyron, nous maintenons notre effectif de 70 planteurs de tabac avec des surfaces de production qui ont tendance à augmenter régulièrement. La tabaculture est importante pour notre département. Elle est un indispensable complément de revenu à de nombreuses petites structures d'élevage. Tout ce que l'on peut souhaiter, c'est que la Région continue à soutenir ses producteurs comme elle l'a toujours fait.

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires