Tarn-et-Garonne : Mobilisation contre un tournesol génétiquement modifié

SC avec AFP

Après plus d'un an de répit, les militants anti-OGM ont ressorti mercredi après-midi leurs banderoles lors d'un sit-in à Montech devant la station de recherches sur le tournesol du semencier Pioneer.

Une centaine de militants anti-OGM ont protesté devant le centre de recherche du semencier Pioneer à Montech (Tarn-et-Garonne) contre le développement « des OGM cachés ». « Nous demandons à Pioneer de renoncer à commercialiser l'an prochain un tournesol résistant aux herbicides baptisé Expressun », a expliqué, Michel Metz, l'un des responsables du collectif anti-OGM 31 (Haute-Garonne).

Les anti-OGM demandent au ministère de l'Environnement de décider un moratoire sur ce type de tournesols mutagènes en attendant une évaluation. Ils veulent aussi que l'Union européenne soumette ces OGM aux mêmes règles de transparence et d'évaluation que les maïs transgéniques. Un tel moratoire existe actuellement dans plusieurs pays européens pour le maïs transgénique Monsanto MON810.

Une modification génétique par mutagénèse

Les militants réunis à Montech parlent d'« OGM cachés » à propos du tournesol mutagène, génétiquement modifié par un choc chimique ou par une irradiation et non par l'introduction d'un nouveau gène. « Les firmes semencières ont décidé de changer leur fusil d'épaule en utilisant de nouvelle technologies mutagènes, car ils n'ont pas besoin d'autorisations : avec ces OGM clandestins elles essaient de contourner l'obstacle de la mobilisation contre les OGM », déclare José Bové.

De son côté, Pioneer assure que la semence incriminée « n'est pas un OGM ». Son directeur juridique Europe explique que cette technique, la mutagénèse, est utilisée depuis près de 100 ans dans de nombreuses espèces légumières et fruitières et qu'il n'y a pas de raison de la remettre en question pour le tournesol. « On essaie de faire une tempête dans un verre d'eau », a-t-il conclu.


Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier