Taux de change : le dollar règne en maître

Taux de change : le dollar règne en maître

Le dollar a régné en maître au premier semestre 2013 et semble devoir s’apprécier à nouveau dans les mois qui viennent, grâce à une croissance et des taux d’intérêt relativement plus élevés. Sa performance sera toutefois moins bonne face aux devises émergentes. La sélectivité, thème dominant sur le marché des changes, reste en place, ce qui amènera les devises ayant les meilleurs fondamentaux à afficher les meilleures performances.

3.2

❙ Le dollar a régné en maître au premier semestre 2013 : il s’est apprécié face à de nombreuses devises et n’a montré des signes d’essoufflement qu’en fin de période. Le yen, pour sa part, affiche la plus mauvaise performance depuis le début de l’année et nous tablons sur une baisse encore marquée de la devise nippone dans les trimestres à venir.

❙ Le thème de la sélectivité, basée sur les fondamentaux, va se mettre en place : les investisseurs sont moins guidés par l’appréciation du risque et s’intéressent davantage aux facteurs propres à chaque devise. L’action des Banques centrales joue un rôle particulièrement important dans l’évolution des devises et nous nous attendons, dans les mois qui viennent, à une compétition accrue pour affaiblir les devises (ou au moins pour en ralentir l’appréciation) via la mise en place de contrôles des capitaux, de baisses de taux, de politiques d’assouplissement quantitatif ou simplement d’interventions sur le marché des changes. Certaines Banques centrales ne font, en partie, que réagir à la politique monétaire agressive du Japon, qui a conduit à une attitude défensive de nombreux pays, parmi ceux vers lesquels s’orientera probablement un afflux supplémentaire de capitaux japonais.

❙ Rendements ajustés du portage sur 12 mois

3.1

Source : Bloomberg, Crédit Agricole CIB

❙ La seule Banque centrale qui semble prête à évoluer dans la direction opposée est la Fed, dont les marchés pensent qu’elle commencera à réduire ses achats d’actifs plus tard cette année. Ce contraste explique que le dollar ait pu s’apprécier, alors même que l’appétit pour le risque augmentait et implique une poursuite de la hausse du dollar dans les mois qui viennent, comme l’indiquent nos prévisions à fin 2013 pour l’euro/USD (1,25) et l’USD/JPY (110). La baisse de l’euro sera moins rapide que celle du yen, en raison de la politique monétaire plus agressive du Japon, mais la faiblesse de la croissance en zone euro pénalisera la monnaie unique.

Malgré les récentes craintes des marchés, nous anticipons une amélioration globale de l’appétit pour le risque, ce qui est cohérent avec une réorientation des flux vers les devises risquées et à l’inverse une pression baissière sur les devises refuges. Les devises qui bénéficient le plus de la montée de l’appétit pour le risque sont le peso mexicain, le bath thaïlandais et le yuan chinois. Sans surprise, le yen baisse lorsque l’appétit pour le risque augmente. Les différentiels de taux vont avoir une importance croissante dans l’évolution des devises comme l’a montré la réaction de l’USD/JPY et du dollar en général à la remontée des taux obligataires américains. La hausse anticipée des taux américains devraient conduire à une nouvelle appréciation du dollar. L’USD/JPY et l’euro/USD affichent tous deux une corrélation élevée avec les différentiels de taux à dix ans. Cela renforce notre analyse selon laquelle la croissance américaine, plus élevée que celle du Japon et de la zone euro, permettra au dollar de continuer à s’apprécier contre yen et euro.

❙ Alors que nous continuons à tabler sur une appréciation du dollar face à la plupart des devises majeures, en raison d’une croissance et donc de taux d’intérêt plus élevés, le billet vert devrait perdre du terrain face aux devises émergentes. Les devises émergentes et les devises de pays producteurs de matières premières devraient ainsi afficher les performances ajustées du portage les plus élevées à moyen terme, tandis que le yen, le franc suisse et l’euro resteront à la traîne.

 Mitul KOTECHA

Global Head of FXstrategy chez Crédit Agricole CIB

Source Prisme 01 – La note de conjoncture Agriculture et Agroalimentaire du Crédit Agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire