Taxe carbone : Réactions du monde économique et de l'association UFC-Que Choisir

Voici les réactions de différents secteurs économiques et de l'association UFC-Que Choisir, après l'annonce par le gouvernement du report de la taxe carbone.

- Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, principal syndicat agricole français : « C'est une bonne décision, c'est une décision de sagesse, que de repousser les choses et de considérer qu'elle (la taxe carbone) sera européenne ou ne sera pas (...) Nous ne pouvions pas accepter une taxe payée par les producteurs français que n'auraient pas à payer nos propres partenaires et concurrents européens. On n'a jamais été opposé à une fiscalité verte dès lors qu'elle serait européenne. (...) Si un jour, il y a la même taxe carbone pour tous les Européens, on en prendra acte ».

- Nicolas Paulissen, délégué général adjoint de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR): « On a toujours dit que la taxe carbone n'avait de sens que si elle était européenne ».

- La Fédération des entreprises de transport et logistique de France (TLF) « salue une décision de sagesse ».

- L'Organisation des Transporteurs Routiers Européens (OTRE): « Après l'échec du sommet de Copenhague et la déroute gouvernementale des élections régionales, le président Sarkozy a pris une décision de bon sens. »

- Robert Durdilly, président de l'Union Française de l'Electricité (UFE), a salué « une bonne nouvelle ». « Le secteur de la production électrique d'origine thermique est fortement exposé à la concurrence intra-communautaire et c'est donc bien au niveau européen que la taxe doit être envisagée ».

- La Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage, « se réjouit de cette décision ». Mais elle réclame « une remise à plat de la fiscalité sur les énergies », rappelant que « le fioul domestique supporte la TIPP » alors que le gaz naturel en est exonéré.

- L'association de consommateurs UFC-Que Choisir veut « saisir l'opportunité de l'abandon de la taxe carbone, dont elle ne peut que se réjouir, pour relancer la discussion sur la nécessité d'une fiscalité plus intelligente ». « S'il ne veut pas fâcher les Français avec la cause écologique, le gouvernement doit comprendre que le combat environnemental ne se gagnera pas contre les consommateurs mais avec eux », selon Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires