Temps de pause chez Doux : Premiers arriérés payés après un long conflit

Les premiers salariés du groupe volailler breton Doux ont reçu une provision de 1.000 euros en juin en rattrapage d'arriérés de salaires, au terme d'une longue bataille juridique sur le paiement des temps de pause, a déclaré un représentant du CE de l'entreprise.

« L'accompte est libellé selon une décision du tribunal du 4 avril 2009. Il y avait des sourires sur les visages », a déclaré le délégué central CGT de Doux, Raymond Gouiffes.

Un accord a été signé fin juin entre les syndicats et la direction sur le versement en deux fois de 2.000 euros de provisions à 381 salariés finistériens. Certains employés des sites Père Dodu de Quimper et Doux de Châteaulin recevront au total jusqu'à 7.000 euros brut de paiement d'arriérés sur les temps de pause, a précisé M. Gouiffes.

En avril, le juge de l'exécution (JEX) de Quimper avait ordonné au groupe volailler le paiement d'accomptes et d'arriérés de salaires après plusieurs décisions favorables de conseils de prud'hommes, de la cour d'appel de Rennes et de la Cour de cassation. Le conflit porte sur une demi-heure de pause quotidienne qui n'est plus payée depuis juillet 2004. 1.200 dossiers ont été instruits par les tribunaux du Finistère, du Morbihan et de la Mayenne.

Premier producteur européen de volailles, le groupe compte 13.000 salariés (dont 7.000 à l'étranger), avec 3.500 salariés dans le Grand Ouest et 2.500 dans le Nord.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier