Tilly-Sabco : Stéphane Le Foll va tenter de défendre les aides européennes

Tilly-Sabco : Stéphane Le Foll va tenter de  défendre les aides européennes
Ces "restitutions" permettaient aux poulets européens de concurrencer les volailles brésiliennes sur le marché international (DR)

Après avoir occupé la sous-préfecture de Morlaix, les salariés de l'entreprise Tilly-Sabco et leur PDG ont reçu l'assurance du ministre de l'Agriculture d'une demande de rendez-vous à Bruxelles pour tenter de rétablir les aides européennes à l’exportation.

D’après le PDG de Tilly-Sabco, Daniel Sauvaget, Stéphane  Le Foll s'est engagé par écrit à demander un rendez-vous cette semaine avec le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos, pour défendre les restitutions européennes.

Le 18 juillet, Bruxelles a en effet supprimé les aides à l'exportation pour les poulets congelés. Ces "restitutions" permettaient aux poulets européens de concurrencer les volailles brésiliennes sur le marché international, notamment au Moyen-Orient. Tilly-Sabco avait été débouté en septembre de la procédure en référé contre Bruxelles qu'il avait engagée pour s'opposer à cette décision.

Conséquence de cette suppression chez Tilly-Sabco : l’annonce  la semaine dernière de la cessation de  son activité de poulet export dès janvier 2014. Celle-ci représente 90% du chiffre d'affaires (136 millions d'euros en 2012) et occupe la quasi-totalité des employés (300 sur 340 salariés). Au-delà de Tilly-Sabco, un millier d'emplois seraient menacés, selon M. Sauvaget.

Pour défendre leur emploi et le principe des restitutions, entre 150 et 200 salariés de l'entreprise, dont le siège est à Guerlesquin (Finistère), mais aussi des éleveurs de poulets, ont occupé hier la sous-préfecture de Morlaix.

"On demande (à Stéphane Le Foll) qu'il se batte pour qu'on remette en place le mécanisme des aides", a  déclaré Corinne Nicole, déléguée CGT, assurant que les manifestants resteraient sur place en attendant la réponse du ministre.

Vidéo : Le PDG de Tilly-Sabco compte sur l'engagement de Stéphane Le Foll à Bruxelles (BFM TV)

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

le dindonnier

@geo Vous n avez pas du bien lire mes commentaires. POur la filières export il est claire qu elle est condamnée.
Pour le reste de la filière elle est dans l ensemble bien organisée, l'intégration des éleveurs e volaille par la contractualisation est à mes yeux un bon modèle. Il y a de la place pour la volaille standard dans notre pays. Mais c'est vrai ont peut aussi dire on laisse la place aux voisins (allemands belges...) moins cher que nous et après on fait quoi!! les filières dites de qualité sont déja saturées et de toute facon nos cher consommateurs ne voient que par le prix.
Si l'on veut reconquerir nos marchés interieurs cela passe par une restructuration de nos outils qui tournent à 70% de leur capacité et avoir des négociations contructives avec les gms et rhd pour revaloriser nos produits.Si La filière volaille (hors export) vit depuis plus de 30 ans sans aucune aide c'est bien que son systeme n'est pas si déconnant que ça mais aujourd hui nous somme victime d'une concurance que je qualifie de déloyale par nos voisins européens. Et ça Mr leclerc et ses copains ils l on bien compris.

fairytales

c'est vrai souvent quand on est au bord de l'explosion d'un systeme acculé du toujours moins du toujours plus productif au benefice de quelques uns ...il y a 2 solutions soient poursuivre et aller toujours plus loin dans le systeme productiviste jusqu'a l'explosioin definitive soit chnager de systeme... continuer l'acharnement therapeutique sur ce systeme , c'est continuer de voir disparaitre les exploitations , c'est continuer dans le mal etre paysan et le taux de suicide inommable, c'est continuer de donner une image tres negatives des agriculteurs et des produits ( bretons notamment) , pour le plus grand plaisir des industriels , des gms et du syndicat mais toujours pour prendre les paysan pour des serfs , les integrés ( si les industriels veulent integrés les paysans, qu'ils paient le batiment et tout le necessaire et qu'ils embauchent le paysan pour les heures travaillées pour l'elevage vous verrez qu'il ya moins de candidat , qu'un systeme ou le paysan paie le batiment, paie les frais de fonctionnement, paie la nourriture , mais pour etre payé bah on verra combien on vous achete ca)
bref dans ce genre de situation l'humain rarement courageux choisit d'aller au bout du systeme comme un poulet sans tete, tout se finira avec pertes et fracas on le sait deja

geo

@dindonnier: si je comprends bien, les pistes que vous avancez pour sortir la filière de la crise consistent en une promotion de la volaille et modernisation des outils industriels actuels?
Autrement dit, vous proposez de garder sur le fond exactement le même schéma qu'aujourd'hui, celui qui conduit tout le monde dans le précipice du fait de son manque de rentabilité pour rémunérer une filière toute entière...
Le virage de la conversion sera obligatoire. Autant le prendre maintenant!
S'il y avait un plan de promotion de la volaille, il faudrait qu'il soit en mesure de dégager 20Millions € net pour Tilly-Sabco afin de compenser ses soutiens européens à l'exportation...Autant dire que ça me semble très très compliqué!

le dindonnier

@geo Je pense au contraire que si on limite le conventionnel cela sera notre mort. A portir du moment ou nos outils (couvoirs aliments abattage et transformation
)ne tournent pas à plein régime, nous perdond en compétitivitéet déverouillons encore un peu plus les importations. Pour moi il faut une vrai politique de promotion de la volaille francaise en gms et restauration hors foyers soutenue par les pouvoirs publics pour renforcer nos marges iaa et eleveurs et ainsi nous permettre de ratraper nos 10 années de sousinvestissements dans nos outils.
Quant aux eleveurs tilly et doux je crain pour eux que leur conversion soit compliquée!!

fairytales

là ou grigri a raison c'est bien que la qualité au prix du standard industriel , que le consommateur dans sa majorité prefere allé s'entasser à la grande motte en Aout ou mater sa télé de 17h30 a 23h tous les jours....bref tout sauf le budget nourriture...
tu pointe le probleme , les gms ont saigné les paysans et continueront bio ou pas , et je suis outré que les paysans ne s'attaquent pas plus a ce probleme , il est tant de casser le systeme .... on nous vend un monde qui n'existe pas , on nous vend la fam dans le monde les 9 milliards d'humain , la vocation exportatrice, nourrir le monde.....tout ca c'est du vent , aujourd'hui 1/3 de la production mondiale est jetée en grande partie par ceux qui meurent de trop manger , un seul quart de ce 1/3 jeté suffirait a regler le probleme de la famine ... les paysans n'ont pas compris que ce que l'on voulait c'est les avilirs dans des systeme d'integration ou il ne sera quasi pas payé, mais ou ( ouf sauvé...) les grands intermedaires ( cargill, louis dreyfus , bigard, les gms) continueraient d'avoir des marges indecentes , ce pays crevent juste de gens qui veulent faire des marges deraisonnables
je lisais encore ce matin , la fnsea propose que l'acces à la pmtva ne soit possible qu'a partir de 30 vaches (4 aujourd'hui), et que si le ratio de productivité est de 0.8 ( 0.4) ca excluerait 50% des eleveurs , tout ca ca pour que la fnsea nous prostitue pour sauver les gros industriels .....simplement honteux , reveillez vous

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier