Transmettre et s’installer en structure sociétaire

Delphine Barel

Le cédant doit faire un travail sur lui-même s’il veut réussir sa transmission. Par exemple, en société, il faut qu’il accepte qu’il ne pourra pas remplacer un associé qui part par un jeune qui a exactement le même profil.
Le cédant doit faire un travail sur lui-même s’il veut réussir sa transmission. Par exemple, en société, il faut qu’il accepte qu’il ne pourra pas remplacer un associé qui part par un jeune qui a exactement le même profil.

Une journée sur la transmission en structure sociétaire s’est déroulée vendredi dernier à Varades, organisée par la chambre d’agriculture. Témoignages du jeune installé et du cédant.

«Comme l’installation, la transmission est un projet qui se prépare », explique François Guyot, élu à la chambre d’agriculture, en charge du dossier installation / transmission. « Les structures sociétaires offrent de nombreuses possibilités d’installation, quelle que soit la production concernée. Pour préparer son départ dans de bonnes conditions et réussir le renouvellement des générations, il est nécessaire d’anticiper », insiste le responsable professionnel, lors de la journée sur la transmission organisée par la chambre d’agriculture, vendredi dernier.
Cette année, la chambre d’agriculture a décidé de mettre en avant les élevages spécialisés et notamment la production de lapins en faisant témoigner les associés de l’EARL Clerlap à Varades, Anthony Adam et Dominique Tremblay.

Historique

Anthony Adam s’est installé en 2009 au sein de l’EARL Clerlap à Varades, avec Dominique Tremblay. L’exploitation créée en 1981 et constituée en 1984 de 2 associés est spécialisée en production de lapins de chair. Elle compte aujourd’hui 1 000 cages mères.
Anthony Adam, originaire de Mayenne, est issu du milieu agricole. Il a toujours été dans l’attente de s’installer, comme il l’a expliqué « mon premier projet en production de lapins n’a pu se concrétiser sur l’exploitation laitière familiale. J’ai donc décidé de travailler à l’extérieur. » Anthony Adam a donc été plusieurs années salarié chez Eurolap, avant de rencontrer les associés de l’EARL Clerlap, qui lui ont alors proposé de venir travailler sur l’exploitation. « Nous recherchions depuis plusieurs années un salarié spécialisé, seulement les candidats sont rares. Les élevages spécialisés demandent de la performance », explique Dominique Tremblay.
Rapidement, la proposition de s’installer sur l’exploitation fut faite à Anthony en remplacement d’un des associés. « La réflexion fut finalement courte, car je connaissais bien la structure, ce qui était aussi un avantage. J’avais une totale confiance des exploitants sur le pilotage de l’exploitation, ce qui a aussi facilité la prise de décision ». En 2007, Anthony engage donc toutes les démarches d’installation avec la chambre d’agriculture avec pour projet de faire évoluer le bâtiment maternité et d’acheter un nouveau cheptel.

Outils pour des transmissions et installations réussies

Divers outils permettent de préparer la transmission et sont à disposition des candidats à l’installation et des cédants : le stage de parrainage, le RDI (répertoire départ installation), les entretiens de sensibilisation, les actions repérage, etc… « Le stage de parrainage permet au jeune de mieux connaître l’exploitation sur laquelle il doit s’installer et d’avoir une posture de futur chef d’exploitation. Ce stage prépare à la prise de responsabilités. », explique Xavier Pinel, conseiller transmission à la chambre d’agriculture. « Le salariat reste une bonne transition et anticipation par rapport à la transmission », complète Tony Luais, responsable du dossier installation à JA 44

Anticiper

« Seul, et vu le contexte, je n’aurai pu m’installer », explique Anthony. « 2009 fut aussi l’année où la production cunicole a connu une grosse crise avec des prix fluctuants. Sans l’implication forte de Dominique, qui s’est aussi porté caution, mon projet n’aurait pu se concrétiser ».
D’où la nécessité d’anticiper et d’impliquer également les partenaires. « Demain, nous aurons besoin de filières fortes pour installer. Aujourd’hui, bons nombres de filières se sont engagés dans un travail de réflexion avec différentes OPA pour savoir comment aborder la question du renouvellement des générations, car il n’y aura pas d’installation sans transmission », souligne Mickaël Trichet, élu chambre, en charge du dossier territoire. « La chambre, au travers de ses groupes de correspondants, travaille sur ces projets afin d’assurer au mieux ces enjeux en lien avec les différents acteurs des territoires. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires