Travert envisage de faire appel au privé pour l'agriculture bio

Travert envisage de faire appel au privé pour l'agriculture bio

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, critiqué par les acteurs du bio pour une implication jugée insuffisante de l'Etat, s'est prononcé mardi pour la création d'un fonds privé de soutien au secteur.

"Cela peut être par exemple le fait qu'un industriel ou un distributeur sur un temps donné rogne sur une partie de sa marge pour créer ce fonds spécifique", a-t-il avancé auprès de la radio RTL. Ces contributions "serai(ent) ensuite redistribué(es) par exemple par un acteur public à des bénéficiaires qui aujourd'hui veulent faire émerger une filière en agriculture biologique", a-t-il précisé. Au cours de l'été, M. Travert a été exposé aux critiques du secteur bio, dont les organisations lui reprochent de ne pas avoir transféré assez d'aides européennes vers les exploitations concernées.

"Hold-up budgétaire"

Le ministre a décidé de faire passer un peu moins de 5% de ces aides du "pilier 1" de la Politique agricole commune (PAC, aides à l'hectare), vers le "pilier 2" (développement rural, aide à l'agriculture de montagne, installation des jeunes agriculteurs, aide à la bio). Mais, si le secteur bio a jugé la mesure insuffisante, cette dernière a, à l'inverse, été jugée excessive par les céréaliers et la FNSEA - surtout bénéficiaires du pilier 1 - qui ont évoqué un "hold-up budgétaire". Le ministère de l'Agriculture est particulièrement scruté cette semaine, au moment où viennent d'être lancés les ateliers des Etats généraux de l'alimentation, destinés à couvrir toutes les problématiques du secteur et, notamment, à préparer la suite de la PAC européenne.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 20

bleunuit31

et oui continuons a aider les gros cerealiers et leurs fournisseurs apprenti chimistes au detriments des petits producteurs respectueux de la nature et non consommateurs des chimistes
lorsque l'on voit que les plus gros et les plus riches empichent la majorité des primes il y a quand même de quoi se taper la tete contre les murs

eleveurbio08

Toujours la même histoire, l'agriculture polluante bénéficie du déséquilibre initial d'une PAC instauré depuis 40ans.Au début montant compensatoire censé accompagner l'ouverture au marché mondial la PAC depuis le début donne plus à l'hectare aux exploitations des zones les plus productives en chimique. Le lobby des céréaliers les plus nantis et de leurs fournisseurs de pesticides et d'engrais réussit toujours à éviter un rééquilibrage dont les zones plus difficiles ou l'on pratique encore la polyculture élevage auraient bien besoin, en bio ou en conventionnel.

duracuire

boone idée Mr tout droit en marche de Travert...., donnons les aides "bio pac "aux industriels en les prenant sur les aides des autres paysans et tout cela pour voir fleurir des milliers d'hectares de chardons , oseilles ,xantiums et autres mauvaises graines ...... bravo et comme le dit la chanson de Brassens : "quand on est C.. on est C..

nico

Mais quelle "c..." cette idée de ce Mr Travers. Les aides actuelles pour le bio sont la base pour réussir cette agriculture propre. Déjà qu'ils règlent ce qu'ils doivent. Maintenant, que les distributeurs gagne de l'argent sur ce type de produits n'a rien de choquant. Le marché est composé d'offre et de demande. Et ensuite l'ensemble s'équilibre. Si certains sont contre ce système, et bien qu'ils squizent ce système de distribution et qu'ils innovent. J'ai l'impression d'avoir encore un syndicat qui prêche l'entreprise alors qu'ils veulent que tout soit sous le contrôle de l'état. j'ai peur pour l'avenir!

Thor

Et le bien être des agriculteurs petit Nicolas !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier