Truies en groupe : les contrôles vont commencer

Claudine Gérard - Réussir Porcs Février 2013

Truies en groupe : les contrôles  vont commencer
7L’administration annonce 500 à 1 000 contrôles dans l’année. Les élevages ayant réalisé les travaux seront les derniers contrôlés. C. Gérard

La Draf de Bretagne annonce que les contrôles concernant la mise aux normes des truies gestantes sont programmés dès ce début d’année et que près de 9 % des éleveurs bretons arrêteraient le naissage.

Marie-Estelle Caille, ingénieur à la Chambre d’agriculture de Bretagne, s’est entretenue avec les agents de la Draf de Bretagne sur le sujet de la mise aux normes des truies gestantes. Au cours de la journée organisée à Crécom (1) le 15 janvier dernier, elle a rapporté que les contrôles en élevage sont dores et déjà programmés selon cette chronologie :
1) Depuis janvier, contrôle de tous les élevages n’ayant pas renseigné le questionnaire, soit 51 élevages en Bretagne ;
2) Contrôle des élevages qui ont répondu au questionnaire en précisant qu’ils n’avaient pas de projet ;
3) Contrôle des élevages ayant déclaré un projet mais sans justificatif ;
4) Contrôle des élevages ayant un projet concret et renseigné, et élevages ayant fait les travaux.
500 à 1000 contrôles sont ainsi annoncés pour l’année par l’administration. En cas de non-conformité, l’éleveur sera mis en demeure de réaliser les travaux avec un délai de cinq mois. Sans action sur cette période, s’en suivra une deuxième mise en demeure dont la durée reste à préciser.

Capture d’écran 2013-02-14 à 11.35.46

De 8 à 9 % de cessation d’activité de naissage

Selon les données recueillies par l’administration, 8,62 % des élevages bretons arrêteraient l’activité de naissage (mais on ignore s’ils arrêtent toute activité ou seulement le naissage). La situation est variable selon les départements (voir tableau ci-dessous), mais assez proche des chiffres annoncés pour la France entière selon lesquels 6,81 % des élevages cesseraient le naissage.
Une autre information livrée au cours de cette même réunion par Marie-Laurence Grannec, économiste à la Chambre d’agriculture de Bretagne, nous apprend en outre que, contrairement à ce qui aurait pu être prédit, la proportion de cessation de naissage n’est pas plus élevée dans les élevages de plus petite taille. L’enquête menée en 2010 sur des ateliers de moins de 150 truies montrait que 23 % de ces éleveurs déclaraient ne pas avoir pris de décision. Une nouvelle enquête menée sur le même échantillon en 2012 montre qu’ils ne sont plus que 9 % à être encore indécis, 8 % à déclarer cesser le naissage, tous les autres (83 %) ayant réalisé la mise aux normes ou étant en voie de le faire.
Au travers de toutes ces données, on peut donc s’attendre à une proportion de 7 à 8 % d’élevages qui cesseront le naissage, mais aucune donnée n’est disponible quant au nombre de truies concernées et quant à l’avenir de ces élevages : recentrage sur l’engraissement ou arrêt de la production porcine.

(1) Quoi de neuf en production porcine ? Pôle porc des chambres d’agriculture de Bretagne. Crécom, le 15 janvier 2012.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier