UE: un rapport propose des mesures pour donner plus de poids aux agriculteurs

UE: un rapport propose des mesures pour donner plus de poids aux agriculteurs

Les pratiques commerciales déloyales, les problèmes de coopération entre exploitants ou encore les difficultés d'accès à des financements sont autant de problèmes rencontrés par les agriculteurs sur lesquels la Commission européenne doit faire des propositions, selon un rapport d'experts commandé par l'institution.

Onze mois après sa mise en place à l'initiative de Bruxelles, en pleine crise du secteur, le groupe de travail sur les marchés agricoles a présenté lundi son rapport qui préconise de redonner du pouvoir aux agriculteurs au sein de la chaîne de production. Celle-ci "n'est pas servie par le fait que les agriculteurs, son premier maillon, se trouvent dans une situation précaire", a noté Cees Veerman, président du groupe du travail, lors de la présentation du rapport.

Dans leur étude d'environ 70 pages les experts émettent des recommandations, en particulier sur les pratiques commerciales déloyales contre lesquelles ils prônent l'établissement d'une législation-cadre à l'échelle de l'Union européenne. Ils estiment que l'UE doit soutenir les régimes de contrôle, comme le recours à un arbitre, et insistent sur la nécessité pour les agriculteurs de pouvoir obtenir des contrats écrits et qui portent sur le long terme, ce qui n'est actuellement pas obligatoire.

Autre thème important, le rapport souligne la confusion autour des règles de la concurrence: les agriculteurs, par méconnaissance des règlements communautaires, hésitent à se regrouper en coopératives ou organisations de producteurs par crainte d'être poursuivis pour entrave à la concurrence. Troisième point dont l'impact sur le marché pourrait être conséquent, selon M. Veerman, la question des prêts: la commission devrait faciliter l'obtention parfois difficile de prêts en associant notamment la Banque européenne d'investissement (BEI).

Il estime aussi que la Commission a intérêt à mieux former les agriculteurs aux outils leur permettant de protéger leur activité et leurs revenus contre la volatilité des prix. "Ce sont tous des points valides", a admis le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan, promettant de lancer rapidement les discussions avec les différentes directions de la Commission concernées par d'éventuels changements.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

acid

Une bonne partie de l alimentation ayant un caractère nécessaire je propose qu on interdise la distribution par des prives

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires