Un marathon de près de 12 h au Salon de l'agriculture pour François Hollande

Photo DR

Arrivé à 7h dès potron-minet, François Hollande est resté jusqu'à 18h30 au Salon de l'agriculture, assistant à la traite des vaches, mangeant des pruneaux, buvant un Cahors : le candidat PS a accompli un véritable marathon de près de 12 heures, passage fort obligé des politiques, à deux mois de la présidentielle.

Dès son arrivée, le député corrézien, costume cravate bleu, chemise blanche étincelante, a assisté à la traite automatique des vaches, nettoyé brosse en main l'une d'elles, et admiré Valentine, star du 49e salon, Gasconne de 7 ans.  Affirmant n'être à la "recherche de je ne sais quel record", il a toutefois largement battu tous les autres politiques, d'un autre illustre corrézien Jacques Chirac au "candidat sortant" Nicolas Sarkozy, qui a inauguré samedi en quatre heures le Salon.

"La France a besoin d'une agriculture forte, productrice, diverse, durable, lance-t-il à la presse, devant une imposante Limousine, robe marron, 980 kg. Le candidat veut profiter de cette "grande fête".  Il est là "par plaisir" et "par souci d'avoir le dialogue le plus direct" avec l'ensemble des professionnels de l'agriculture. De la FNSEA à la Confédération paysanne.

A 8h, il a partagé avec eux charcuterie et entrecôte grillée.  Il veut que "des jeunes s'installent encore en agriculture", prône regroupement "face aux distributeurs, face aux industriels". Et cet électorat paysan tenté par l'extrême droite? "Il mérite mieux qu'un vote vers l'extrême droite", dit-il.

Une brève  pause sur le stand de la Fnsea avant de reprendre son marathon. (photo Sébastien Accart)

L'accueil est chaleureux

Les "François président" fusent. "Qu'est-ce que vous êtes gentil !", lui lance une femme. Hollande embrasse les unes et les autres, caresse la joue des enfants.

10h : la foule enfle, photographes et caméramens cernent Hollande. Le service d'ordre de plus en plus tendu. Le candidat qui veut rencontrer les vrais gens implore "Laissez-nous". Rien n'y fait. Le marathon culinaire continue :  brouillade d'oeufs, noix, pruneaux et fraises. "Ceux qui pensent que j'étais au régime, c'est fini!", lance-t-il.

Énervement du staff hollandais

11h : Foule dense. Une muraille humaine l'entoure. Des horions sont distribués. "Avec quoi tu vas payer tes fonctionnaires?", lance un isolé.  Énervement du staff hollandais : "il n'y a personne qui peut l'approcher... On ne voit que des journalistes..." Pourtant le candidat, même dans la bousculade, rencontre un groupe ravi "Merci pour l'accueil ! Pardon de vous écraser... On ne va pas se laisser écraser le 6 mai!", dit-il.

 A 11h15, le stand Aubrac vacille sous la pression.

A 12h30, un oeuf, lancé de loin, s'écrase par terre, face au stand Ile-de-France. Le service de sécurité du candidat se lance sur les traces du lanceur invisible. L'enfarinade reste dans toutes les têtes... Mais le candidat n'est pas atteint.

En marge d'un déjeuner aux Brasseurs de France où il retrouve sa compagne Valérie Trierweiler, il confie à des journalistes : "Ce que veulent les Français, c'est quelqu'un qui est proche d'eux. Les gens veulent s'approprier le candidat, veulent être considérés. J'essaie d'avoir deux aspirations : à l'incarnation, être approprié, accaparé par les gens, capté et de les considérer".

Se disant "bien reçu" par les agriculteurs, il relève que "les Français aiment la ruralité", se dit "frappé du nombre de gens des quartiers, de banlieue. Finalement on est de la France, on veut aussi s'approprier la France".  Deux heures de retard sur le programme. Pas de photo avec les présidents de région dont Ségolène Royal au stand Limousin.

Retrouver la video de la visite de François Hollande sur "La plume dans les Champs"

Chargement du player...

Source D'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

ALPIN740

marine a dit la Fnsea ne défend pas les agriculteurs, merçi à cette charmante dame.

ALPIN740

marine a dit la Fnsea ne défend pas les agriculteurs, merçi à cette charmante dame.

lassitude

Toujours des belles paroles sans aucun acte apres l election, une chose est sur la place est bonne car il sont toujours plus nombreux.

robert15

Hollande vient de s'apercevoir que nous le monde agricole de tous poils existons même en correze il n'a jamais mis les pieds dans une ferme. Sait-il le nombre de sucides d'agriculteurs en détresse qu'il y a tous les ans? plein de parole et de vent avec une bourse vide il ne remplira pas les greniers. il n'a aucun carisme pour nous défendre à Bruxelle.

duracuire

encore du vent toujours du vent,voila que hollande veut nous regrouper en ferme type kolkose,avec un chef pour 1000ha,mias pas un ne parlera de prix rémunérateur,de ferme familiale,de maintien d'un monde rural solidaire!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier