Un millier d'agriculteurs du Sud-Ouest dans les rues de Toulouse

Un millier d'agriculteurs venus de tout le Sud-Ouest de la France (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes) selon les organisateurs (900 selon la police) ont défilé aujourd'hui dans le centre de Toulouse, pour dire "non à l'écologie technocratique".

Derrière une banderole "Non à l'écologie technocratique, oui au bon sens paysan", les manifestants rassemblés à l'appel de la Fnsea et des Jeunes Agriculteurs se sont rendus de la cité administrative, devant laquelle ils ont répandu du lisier, à la préfecture. "Aujourd'hui, on veut exprimer notre ras-le-bol", a déclaré Hervé Peloffi, président de la Frsea Midi-Pyrénées. "On a déjà beaucoup évolué, on essaie de respecter les mesures administratives, mais il ne faut pas être trop strict", a-t-il demandé.

Pour Denis Lafargue, président des Jeunes Agriculteurs des Landes, le durcissement et la multiplication des normes françaises et européennes en matière environnementale "mènent à la fin de la ruralité". "On est pour quelque chose de constructif, une évolution raisonnée", plaide-t-il en estimant que le gouvernement "se moque du monde agricole".

"Déjà marre d'être mené en Batho", avait écrit sur son tracteur un agriculteur en référence à la ministre de l'Ecologie Delphine Batho, tandis que les manifestants reprenaient le slogan: "Nous sommes les premiers employeurs du Grand Sud-Ouest, nous méritons le respect".

La gestion de l'eau en question

Une délégation devait être reçue à la préfecture de la région Midi-Pyrénées pour exiger du préfet qu'il "renonce aux règles inapplicables" en matière de protection des sols, de gestion de l'eau et de lutte contre les nitrates. Le préfet de Midi-Pyrénées, coordinateur pour les trois régions couvertes par le bassin hydrologique Adour-Garonne, doit décider avant fin décembre le contour des "zones vulnérables" et les restrictions qui y seront imposées aux agriculteurs en matière d'effluents d'exploitation. La Fnsea milite notamment contre "le gel décidé par le gouvernement de la mise en place de nouvelles retenues d'eau".

Mi-septembre à Toulouse, Rodez, Montauban et Albi, plusieurs manifestations départementales regroupant des centaines d'agriculteurs avaient déjà interpellé les pouvoirs publics sur la politique visant à réduire la présence de nitrates dans l'eau, en application de directives européennes.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires