Un profil inchangé : un homme de 27 ans, en Gaec et en production bovins viande

15 UNION DU CANTAL

Un profil inchangé : un homme de 27 ans, en Gaec et en production bovins viande
Francis Flagel, responsable installation des JA Cantal, et Jérôme Merle, président des JA. ©L'union du Cantal

Installation : Avec 84 jeunes agriculteurs installés en 2016 grâce à la DJA, les chiffres du Cantal sont à la baisse. Mais un nouveau cadre national d’aides, validé à l’automne, devrait doper les projets.

Une session installation des JA, devant l’ensemble des partenaires, s’est tenue la semaine dernière à la Chambre d’agriculture. L’heure était au bilan et aux perspectives avec de nouvelles grilles d’aides.
L’année 2016 n’aura pas été un bon cru pour l’installation dans le Cantal. Pour autant, et malgré un contexte économique et de crise plus que défavorable, ils sont 84 à s’être lancés dans le métier. “Un chiffre moindre par rapport aux autres années, avouait Francis Flagel, coresponsable installation aux JA. Cela reste malgré tout un chiffre raisonnable.” Et dans le haut du panier national.

Très loin encore de la parité

Pour autant, certains chiffres interpellent les JA du Cantal avec 14 installations féminines (- 11 % par rapport à 2015) et surtout onze hors-cadre familial seulement (- 14 %). “C’est très certainement un problème de conjoncture et d’investissements, analysait Francis Flagel. Il va falloir qu’on trouve une solution car on va avoir besoin de hors-cadre, surtout sur certains secteurs du département.” Autres chiffres : les installations en Gaec stagnent avec 58 dénombrées en 2016 (+ 1 %) alors que l’investissement moyen reste au-dessus de 350 000 €. Si l’on détaille les secteurs, Aurillac arrive en tête avec 39 installations, 29 du côté de Saint-Flour, pour seulement 16 à Mauriac.
Côté SAU, “elles augmentent un peu, mais on reste sous les 110 hectares. De toute façon, il faut trouver une solution pour rester à un nombre d’hectares raisonnable”. Une prudence qui va peut-être de pair avec la très forte baisse de la moyenne des prêts MTS JA, passée de près de 170 000 € à 125 000 €.
Quant au profil 2016 des nouveaux installés, l’âge moyen est de presque 27 ans chez les hommes, 31,5 pour les femmes. 87 % des installations se font dans le cadre familial (13 % en horscadre), des installations de préférence en Gaec (69 %) et de la part de jeunes titulaires essentiellement d’un Bac Pro (38 %), d’un BP REA (37 %) ou d’un BTS (19 %). Le système de production privilégié est l’élevage de bovins viande (38 %), mixte (24 %), bovins lait (20 %). Un cinquième des installés choisissent la diversification. Pour affiner ce profil, Francis Flagel précisait que “28,6 % des jeunes installés ont obtenu une DJA de 28 750 €”. Enfin, il est à noter que le critère “installation difficile”, activée sur la région le 1er janvier 2016, a permis d’augmenter la DJA de 2 300 €. Une majoration qui s’appuie sur trois critères : grande aire urbaine, aire très faiblement peuplée et installation précipitée. 

J.-M. Authié

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier