Un schéma régional fait rimer économies d’énergie et respect de l’environnement

Renaud Saint-André

Avec le concours des Régions, l’État a lancé depuis 2011 un travail prospectif sur le point d’aboutir : des schémas régionaux Climat air et énergie. Toutes les idées sont les bienvenues.

Si l’air est relativement sain en Auvergne, il reste à imaginer des solutions propres pour réduire la facture énergétique.

 

Tout le monde est d’accord. Ou presque. Évidemment, réduire sa consommation énergétique et produire plus propre sont des sujets consensuels et la dernière réunion de présentation du schéma régional Climat air et énergie, organisée la semaine dernière à Aurillac, le prouve encore. Là où tout se complique, c’est sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre différents objectifs. À l’image du grand éolien qui n’a pas fini de diviser et suscite toujours des débats très animés. Ce n’est certes qu’un volet de l’ambitieux schéma régional (voir ci-dessous), mais symptomatique : il sera difficile de mettre tout le monde d’accord sur des moyens à mettre en œuvre pour produire et consommer différemment l’énergie. C’est tout l’objet de la concertation engagée et qui se traduit notamment par une série de réunions dans chaque département, et dont la dernière s’est tenue la semaine dernière au lycée agricole d’Aurillac. Elle était animée par Laetitia Césari, secrétaire générale de préfecture, et Lionel Roucan, vice-président du Conseil régional, ce schéma étant une co-production entre l’État et la Région. “Ce n’est pas un plan d’action, ce sont des préconisations. Nous posons la question de l’avenir énergétique à travers un outil d’aide à la décision. On attend une démarche ascendante qui passe par des porteurs de projets”, résume l’élu d’EELV. “L’idée étant de tendre vers plus d’autonomie énergétique par des modèles alternatifs qui répondent aux enjeux environnementaux”, ajoute la sous-préfète en précisant bien qu’il faut trouver le juste équilibre pour ne pas ravager nos forêts ou... miter le territoire par le grand éolien. Parmi les pistes innovantes proposées, celle du travail sur la biomasse, par exemple.

La bonne idée de l’énergie-bois

 Quant à l’énergie bois, elle est encore très largement sous-exploitée selon Lionel Roucan qui affirme que pour l’heure, “on exploite que la moitié de l’accroissement de la forêt”. Il reste dans tous les domaines des marges de progrès. Beaucoup sont déjà listées et consultables, notamment sur les sites Internet du ministère de l’Écologie (auvergne.developpement-durable.gouv.fr) ou celui du Conseil régional (auvergne.org). Elles peuvent être commentées ou amendées, de nouvelles peuvent encore être imaginées jusqu’au 16 mars. Si dans ce cadre les Cantaliens s’avèrent aussi pointus qu’ils ont su l’être lors de la réunion publique, ils pourraient apporter une contribution intéressante à ce projet. Après quoi viendra l’heure d’une dernière mouture, le texte définitif devant être présenté le 30 juin.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier