Un tracteur peut en cacher un autre !

Antoine Fautrat

Un tracteur peut en cacher un autre !

Bien choisir un tracteur devient de plus en plus complexe. Les conseillers et les témoins donneront des clés pour s’y retrouver.

On a trop souvent tendance à ne comparer que la puissance des tracteurs. Or un tracteur, c’est d’abord un moteur et plus particulièrement son couple. Associé à une transmission, il lui faudra transmettre cette « puissance » au sol. Le seul lien avec le sol est les pneus. Une attention toute particulière doit être apportée à leur choix.
Ensuite, deux tracteurs identiques peuvent avoir un comportement différent selon la pression dans les pneumatiques.
La règle : adapter la pression à la charge et à la vitesse.

PNEUS ET LESTAGE

Autre élément : le poids. A puissance égale, selon les gammes, on observe des poids différents. Si tout le monde s’accorde à dire qu’un rapport poids/puissance de 45 à 50 kg/cv est à rechercher, ce n’est pas le seul critère. Il sera surtout à adapter en fonction de l’outil attelé. En fait, le poids du tracteur devrait être raisonné en rapport à la masse de terre travaillée. Un tracteur plus léger aura un taux de patinage supérieur, mais subira moins de pertes par roulement (poids à déplacer), qui sont souvent nettement supérieures à celles liées au patinage. Ne pas se tromper de cible : si le poids assure la traction, la vitesse est ensuite assurée par la puissance. Dans une même gamme de tracteurs, le moins puissant tirera le même outil que son grand frère de 50 cv de plus qui, lui, pourra aller plus vite. Et n’oublions pas qu’en travail du sol, le débit de chantier doit s’apprécier agronomiquement, c’est-à-dire au regard de la qualité de travail à réaliser.

Les partenaires de cet atelier technique du Salon aux Champs 2015 : Kubota et Alliance.

  •  Un article réalisé par Eric Canteneur, conseiller machinimse de l'Union des cuma Pays de la Loire section Vendée.
  •  Cet article est extrait du numéro spécial Salon aux Champs réalisé par le journal des cuma Entraid'

En partenariat avec Kubota et Alliance

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 10

moumi

oui skippy tu n'as pas tort sur cet aspect j'ai meme entendu dire que des exterieurs faisait tout a 350€ , ce qui pose meme la question sur l'utilité de travailler dans ces conditions , bon parfois faut voir le boulot , colza blé orge sans labour au bout de 5 c'est cata assurer en enherbement mais bon, il y a evidemment des marges de manoeuvre en mecanisation, cuma integrale, regroupement d'exploitation, copropriété , assolement commun

skippy

Juste quand même pour dire que beaucoup de mes collègues céréaliers ont des charges mécanisation à + de 500€/ha alors que les entrepreneurs prennent 400 pour tout faire. On doit pas avoir la même calculatrice, les hollandais qui tiennent le coup avec un prix du lait bas délèguent souvent l'intégralité des travaux de plaine, il doit y avoir un lien.
Et honnêtement, il y a plus épanouissant intellectuellement que de déchaumer, à 16 ans, ça m'éclatais mais maintenant...

rpr80

a skippy en résumé pour etre agri en 2015 il faut se passer du progrès et faire pitié en travaillant comme au moyen-age

common

rpr80:
Tu 'oublie' seulement qu'eux ils peuvent se permettre de faire comme ca. Leur fonctionnement est parfaitement adapté au fontionnement de l'economie du marché. Mais travailler directement avec la nature, les saisons etc pour avoir apres un produit vendable qui envahit le marché toujours au meme moment de l'année etc etc. Les investissements sont beaucoup plus risqués: tous le monde se plaint tous le temps des prix? Les agris demandent des prixs 'remunerateurs'? Voila, ils ont simplement pas 'droit' aux prixs garantissant une bonne marge! C'est dans un autre monde ou on peut trouver ceux qui ont quasiment une imprimante d'argent en leur possession...
Au meme temps les agris sont si fiers d'etre si productifs?? Voila le scenario parfait pour se faire exploiter... C'est ca, la contradiction dans tous ca: tout le monde veut bien se faire exploiter, mais on demande des prix 'remunerateurs' (quelle fantasme!).
Ben, va alors acheter de la feraille et continue de rever des 'bons' prix ou de pouvoir agir comme un 'vrai' capitaliste...

acide

c'est beaucoup moins de faire vieillir sont tracteur , c'est bien souvent vrai enfin tout a une limite , et vu le prix des pieces en france elle peut tres vite atteinte
si le materiel permet un gain de prodcutivité ou simplement un gain de temps pour ceux qui ont envie de voir leur famille , parce que fondamentalement l'essentiel gagner de quoi vivre et avoir el temps de voir ses enfants , je vois de + en + d'agri qui pour s'en sortir travail de + en + , et ramene encore moins d'argent à la maison je crois que tout ca ne pourra pas durer bien longtemps , oui l'agriculteur a le droit de vivre dignement , d'avoir des horaires tolerables et d'avoir acces au progres et a plus de confort

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires