Une carrière au service des éleveurs laitiers

Jean-Philippe Arnaud

Contrôleur laitier depuis 1976, Bernard Guinel a passé toute sa carrière aux côtés des éleveurs dans le secteur de Moisdon la Rivière.
Contrôleur laitier depuis 1976, Bernard Guinel a passé toute sa carrière aux côtés des éleveurs dans le secteur de Moisdon la Rivière.

Une fois n’est pas coutume : Loire-Atlantique Agricole dresse le portrait d’un contrôleur laitier cette semaine.

Un contrôleur bienvenu dans une exploitation : c’est tellement surprenant que cela pourrait paraître suspect. Mais c’est pourtant comme cela qu’est accueilli le contrôleur laitier, aujourd’hui appelé conseiller lait. Bernard Guinel, qui exerce dans le secteur de Moisdon la Rivière depuis près de quarante ans, ne pourra pas le démentir. À bientôt 60 ans, même si lui considère que l’ « on dit 59 tant qu’on ne les a pas », il prend en effet sa retraite dans quelques semaines. Retour sur une carrière bien remplie.

Une autre époque

Hormis quelques courtes expériences à la chambre d’agriculture ou à l’Institut national des appellations d’origine contrôlée, Bernard Guinel a passé l’essentiel de sa carrière au contrôle laitier, aujourd’hui devenu Élevage Conseil Loire-Anjou. « J’ai tout connu », se souvient-il. « Transfert, salle de traite, roto, robot. Des jeunes collègues disent en plaisantant que j’ai contrôlé les dinosaures ». Il a en effet éprouvé des méthodes qui paraissent d’un autre âge aujourd’hui. « Le pire que j’ai vu à mes débuts en 1976, c’est la traite à la main, directement au champ », se souvient-il. « L’éleveur mettait son seau dans la 404 et partait rejoindre ses animaux au bord de la Loire. Il avait un petit siège pour s’asseoir et passait une heure pour traire ses quatre vaches. En attendant que chacune ait terminé, j’attendais dans l’herbe ». À cette époque, existaient aussi les étables sans transfert. « Le contrôleur portait le lait pour le peser avant de le mettre dans le tank : c’était très physique ». Mais les années 70 sont surtout synonymes du développement des salles de traite. « Cela a boosté la production de lait », explique-t-il. « J’ai d’ailleurs eu de la chance d’arriver dans une région comme Moisdon, qui est très dynamique, avec des gens motivés qui investissaient sans cesse ».

De bon conseil

Dans certaines exploitations, Bernard Guinel a travaillé avec trois générations d’éleveurs. Il a ainsi accompagné une complète réorientation des races utilisées. « Historiquement, le secteur de Moisdon était plutôt Maine-Anjou et il ne fallait pas parler d’autre chose. Si on parle aussi de qualité du lait aujourd’hui, le seul objectif à l’époque était d’augmenter la production pour augmenter le revenu : cela passait donc par une hausse de la productivité et un accroissement des troupeaux ». La plupart des éleveurs s’est donc convertie à des races plus adaptées. Le métier est désormais plutôt lié à la maîtrise de l’outil. « Nous sommes là pour aider à ne pas déraper, que ce soit au niveau de la qualité du lait ou du coût alimentaire », explique-t-il. « Nous avons un regard neutre. Ce qui compte avant tout, c’est la cohérence dans les systèmes. Nous avons le souci d’une vision économique : il n’y a pas que la production, il faut aussi suivre le coût alimentaire ». L’autre point de vigilance est le temps de travail. « À l’avenir, il y aura moins de gens à faire du lait seul car je pense qu’il sera difficile de tout supporter, entre la production, le technique, l’administratif, … Mais il faut aussi vérifier si on peut assumer une augmentation de production d’un point de vue de la main-d’œuvre : on s’équipe peut-être mieux mais il faut malgré tout prendre en compte le facteur temps de travail ».
En ce qui le concerne, Bernard Guinel ne se souciera bientôt plus du travail, il aura juste le temps pour lui. Il pourra ainsi s’adonner pleinement à ses passions, et notamment finir le GR10, un sentier de randonnée qui traverse les Pyrénées et qu’il a entamé il y a une dizaine d’années. Où il croisera peut-être quelques vaches, histoire de lui rappeler son ancien métier.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier