Vendée : Départ de feu : la course contre la montre

Interview Philippe Roy, Capitaine des pompiers au Service départemental d'incendie et de secours

Quel conseil de précaution donneriez-vous à un agriculteur à l'approche des moissons ?

Ce que je lui recommande c'est de préparer son chantier de moisson en prenant en compte le risque incendie comme n'importe quel autre paramètre. Par exemple il peut très bien amener une tonne à lisier pleine d'eau à proximité de la parcelle à battre. Il peut aussi amener un outil de travail du sol. Disposer d'un extincteur sur la moissonneuse et sur chaque tracteur ce n'est pas non plus du luxe. Mais la chose la plus importante c'est d'avoir un téléphone dans la poche pour composer le 18 ou le 112 le plus vite possible.

Et si le feu est là ?

Si le feu est là la première chose à faire c'est de nous appeler. Avant même d'avoir tenté d'éteindre lui-même. Si dans les minutes qui suivent il a réussi à l'éteindre eh bien tant mieux et c'est pas grave s'il nous a fait sortir pour rien. Dans ce cas là il nous rappelle tout de suite pour nous le dire et on fait demi-tour.

Qu'est-ce qui fait le succès d'une intervention ?

C'est la rapidité avec laquelle nous sommes appelés. Parce que dans les 3 ou 4 minutes gagnées on peut sauver la situation ou alors ça peut devenir dramatique. Un pompier c'est toujours en train de courir et c'est pas par hasard. C'est aussi la précision des indications qui sont données pour trouver le sinistre ou les gens à secourir. Il ne faut pas avoir peur de nous donner un maximum d'infos avec des repères visuels. Nous indiquer ce qui est train de brûler, s'il y a un point d'eau auprès, une installation d'irrigation et, pourquoi pas un raccord pompier. Ca ne coûte rien et c'est encore du temps de gagné. Et puis ensuite il faut nous accueillir en plaçant quelqu'un au carrefour pour nous indiquer la direction à prendre.

Et en vous attendant ?

Où que vous soyez en Vendée, sachez que vous êtes à moins de 20 minutes des secours. En attendant vous pouvez éloigner du foyer le matériel qui peut causer un danger encore plus grand, sortir les bouteilles de gaz par exemple et puis si vous avez sous la main un outil comme un rotavator ou de l'eau, vous pouvez créer un coupe-feu en arrosant une zone qui va stopper l'avancée des flammes. Un simple tuyau d'arrosage dans une cour de ferme peut contenir le feu et sauver l'essentiel.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier