Vendée : Marges : On refait la semaine !

vendee agricole

Toutes les 8 heures, depuis dimanche soir, entre 75 et 150 Vendéens se sont relayés pour bloquer les accès des plates formes Lidl à Sautron et Leclerc à St-Etienne-de-Montluc près de Nantes. Retour sur une semaine d'actions mouvementées.

Dimanche soir 22h00

Les Vendéens du canton du président de la FDSEA, Joël Limouzin, ouvrent le bal. Les agriculteurs du Poiré sont accompagnés de leurs collègues producteurs de lait, de viande, de lapins et de porcs des cantons de Palluau, Rocheservière et Montaigu. 400 d'entre eux se retrouvent ainsi à bloquer la plate fore de Lidl à Sautron près de Nantes. La Loire Atlantique et le Maine et Loire complètent la délégation qui écoute pendant 1h00 toute l'argumentation du président de la Région, Joël Limouzin. « Nous avons besoin de savoir qui se gave sur le dos des producteurs et des consommateurs ». Quelles que soient les productions, lait, viande, fruits et légumes, les agriculteurs dénoncent la dégradation des tarifs payés aux producteurs, quelque part encouragée par un article de la loi de modernisation de l'économie. Celui-ci prévoit notamment « la libre négociabilité des conditions de vente » dont les grandes surfaces ne se privent pas pour en faire un usage abusif. C'est en tout cas le bilan négatif que dressent la FNSEA et les JA après six mois d'application. « Nous voulons mettre un gendarme, un arbitre au milieu de cette loi. Que le gouvernement envoie des agents de la DGCCRF pour apprécier les marges dans les linéaires » insiste l'éleveur de St-Denis. « Pourquoi le Gouvernement n'imposerait-il pas un encadrement des marges » sur un certain nombre de produits phares, ajoute-t-il. Quant à l'observatoire des prix et des marges que la FNSEA a exigé dans le cadre de la LME, il faut reconnaître qu'il « ne fonctionne pas », juge-t-il. Pour preuve, à la dernière réunion de l'observatoire sur la filière porcine, les abatteurs et les distributeurs ont préféré la politique de la chaise vide.

Lundi 5h00

A 5h00 arrivent les équipes de la Roche, St-Fulgent et les Essarts. Les 20 litres de soupe à l'Oignon vont pouvoir être préparés et dégustés….Tout au long des deux premiers jours et premières nuits, Joël Limouzin, appuyé par le président de la FNSEA44, Alain Bernier, informera les équipes sur les raisons du blocage. La tension se fait alors plus vive lorsque des producteurs de légumes se plaignent des mesures de rétorsion subies par pression de la grande distribution. Beaucoup de producteurs de fruits et légumes font ainsi l'objet de retours de marchandise de la part des centrales, sous motif d'inaccessibilité à la plate-forme. « Les agriculteurs n'ont jamais gêné les flux de fruits et légumes frais. Ce sont donc les plates-formes elles mêmes qui en ont condamné l'accès, y compris sur des sites qui n'ont pas vu un seul manifestant devant leurs grilles ! » dénonce Joël qui insiste pour que les agriculteurs restent solidaires et responsables pour dénoncer les pratiques de la grande distribution qui, sous prétexte de défendre le pouvoir d'achat des consommateurs, se permet d'utiliser ses fournisseurs comme variable d'ajustement pour sauvegarder ses propres marges, en imposant systématiquement des baisses de tarifs.

Mercredi 17h00

Depuis la veille, la question enfle dans les rangs des manifestants. « Pourquoi ne pas démultiplier l'action compte tenu que nous sommes en moyenne 150 à 200 personnes à bloquer ». La décision est prise mardi soir. La presse sera conviée à 17h00 ce mercredi pour assister au déplacement en convoi de manifestants. Est désormais visée, la célèbre plate forme de Leclerc, la SCA Ouest distante de 8 kilomètres de la plate forme Lidl.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier