Vendée : Payer pour de l'eau stockée en hiver c'est un peu fort »

vendee agricole

La nouveauté d'une redevance pour tout prélèvement d'irrigation

« Au départ ce n'était qu'une simple fosse pour abreuver mes bêtes dans un bas de champ qui ne se prêtait qu'à ça. et puis comme on s'était mis à irriguer le maïs, on l'avait aménagé un peu en rehaussant la digue. Aujourd'hui elle peut contenir 40 000 m3 d'eau et j'en utilise environ 15 000 ». Ainsi Patrice Réveillé présente-t-il sa petite retenue collinaire au lieu-dit L'Hopiteau, entre Sainte-Cécile et L'Oie. Une retenue somme toute semblable aux centaines d'autres qui émaillent le bocage vendéen et qui permettent à leurs propriétaires de sécuriser leur approvisionnement fourrager. Chez Patrice, cette retenue offre aussi l'intérêt d'être située à 50 mètres de son poulailler, ce qui peut aussi être une sécurité en cas d'incendie.


Tout allait bien donc pour lui, exploitant à temps partiel dans sa petite ferme de 28 ha de blé et maïs avec 2 850 m2 de volaille. Jusqu'à ce matin d'août où le facteur apporte une drôle de missive avec une bien désagréable nouvelle : celle de l'annonce d'une modification dans les modalités de calcul du paiement en 2009 d'une redevance pour l'eau stockée en 2008 à des fins d'irrigation. Et le plus désagréable de l'affaire c'est que cette fois la redevance concerne « tout prélèvement », y compris donc l'eau stockée d'avril à octobre. (Lire à ce sujet l'article de la Vendée agricole du 8 août dernier en page 7).
Ce qui fait s'insurger Patrice qui trouve un peu fort de café de devoir à présent « payer l'eau de pluie ». « Lorsque j'ai fait creuser l'étang et surélever la digue, j'ai pas demandé un sou à personne alors je vois mal maintenant pourquoi je devrais payer pour de l'eau qui s'en va à la mer. S'ils veulent nous faire payer à tout bout de champ, eh bien je vais pas me casser la tête, prévient-il. J'ai d'autres moyens de gagner ma vie avec mon emploi de chauffeur routier et je vais laisser tomber l'exploitation ».
« Les 0,92 centimes d'euros par m3 prélevé pour l'irrigation c'est peut-être pas énorme, convient-il, mais c'est le principe ».

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier