Viande bovine : Charal voit rouge

SC

La question du prix de la viande bovine concerne l'ensemble de la filière, estime le groupe Charal qui doit faire face au blocage de plusieurs de ses abattoirs par des centaines d'éleveurs de viande bovine.

« L'entreprise achète à un prix du marché qu'elle ne maîtrise pas. Ce sujet concerne l'ensemble de la filière et la solution au mécontentement des éleveurs ne peut être apportée par l'entreprise seule », a fait valoir le groupe dans un communiqué. L'entreprise Charal, dont trois sites sont bloqués dans les Pays de la Loire, affirme que les manifestants n'ont, à aucun moment, cherché à entrer en contact avec l'entreprise.

La direction se dit victime de «pratiques d'obstruction qui pénalisent l'activité de l'entreprise et met en jeu le travail de centaines de ses salariés pour des motifs qui ne concernent pas l'entreprise ».

Charal a intégré en 2007 le groupe familial breton Bigard qui a pris en 2008 le contrôle du groupe coopératif Socopa avec l'objectif de devenir un leader européen en viande bovine et national en viande porcine.

De leur côté, les producteurs de viande bovine réclament une revalorisation des cours et accusent les abatteurs de dérives quant au classement et à la pesée des carcasses. « Nous avons la volonté de peser sur les abatteurs pour que les choses bougent et avancent » lors de la réunion de négociations prévue à Paris mercredi avec le Syndicat national de l'industrie des viandes (SNIV), explique Jean-Paul Goutines, de la Frsea des Pays de Loire.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier