[Video] Barrage : les élus du Tarn suspendent le chantier

 [Video] Barrage : les élus du Tarn suspendent le chantier

Le conseil général du Tarn a suspendu ce matin le chantier du barrage de Sivens, sans fixer de date butoir ni parler d'abandon, cinq jours après la mort d'un manifestant lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

"Le drame intervenu dans la nuit de samedi à dimanche conduit l'assemblée départementale à prendre acte de l'impossibilité de poursuivre toute activité liée au déroulement du chantier sur le site de Sivens", a déclaré le président socialiste du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, lors d'un discours au conseil général du Tarn à Albi.

Contrairement à ce qui avait été prévu, aucun débat ni vote n'ont eu lieu au conseil général, la suspension ayant visiblement été entérinée lors de deux réunions préparatoires jeudi soir et vendredi matin.

Réduite le volume d’eau

Le président Carcenac a appelé à "mettre en oeuvre les préconisations des experts mandatés par le ministère de l'Écologie". Ces ingénieurs recommandent de poursuivre le projet mais de réduire le volume d'eau destiné à l'irrigation afin d'en minimiser l'impact environnemental.

Faisant référence à ces recommandations, M. Carcenac a "demandé à l'État de les étudier et d'en assumer toutes les conséquences", appelant "solennellement à l'apaisement, à la modération et au respect des Tarnaises et Tarnais qui vivent sur le site et à proximité".

Le projet de barrage-réservoir avait été approuvé en mai 2013 par le conseil général à une écrasante majorité, un seul des 46 conseillers généraux se prononçant contre. Mais la mort de Rémi Fraisse a tout bouleversé. Le projet, contesté localement depuis 2011, avait été qualifié de "non-sens" et de "stupidité" avant même le drame, par les élus écologistes José Bové et Noël Mamère.

Sécuriser l'irrigation des cultures

Plus de huit millions d'euros doivent être dépensés pour la construction de ce barrage-réservoir, destiné à sécuriser l'irrigation des cultures. Dans un communiqué commun, de nombreux acteurs de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine, notamment les chambres d'agriculture, de commerce et d'industrie ont appelé au maintien du projet, déclaré d'utilité publique.

"La violence ne doit pas s'opposer aux règles démocratiques et aboutir au blocage des projets de développement, nécessaires à l'économie", selon le texte, également signé des Fédérations des syndicats d'exploitants agricoles et Jeunes agriculteurs. Face à eux, plusieurs centaines d'opposants occupent toujours le chantier de la retenue d'eau.

Les élus "ne peuvent pas faire autrement" que de suspendre le chantier, a déclaré devant le conseil général Ben Lefetey, porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe de nombreux opposants.  "Nous demandons la garantie que rien ne va se passer sur le terrain au moins jusqu'en 2015, pour faire baisser la pression et éviter que la violence reprenne".

Jacques Pagès (divers gauche) - seul conseiller général du Tarn ayant voté "contre" le projet de barrage - se dit "très pessimiste" sur l'issue des débats. "Les experts mandatés par le ministère de l'Écologie expliquent pourquoi il n'aurait pas fallu faire ce barrage", note M. Pagès: "Mais les mêmes experts concluent que maintenant, il va falloir le faire quand même, parce qu'il est déjà trop avancé... C'est affligeant!".

A Lire : Barrage de Sivens : la FNSEA dénonce les "djihadistes verts"

A voir :

 

 

Source AFP

Commentaires 5

silene

Monsieur Bové defendait les agriculteurs , aujourd'hui il est contre eux . allez comprendre pourquoi il retourne sa veste?

vertumne

la décroissance c'est ça ... Bienvenu dans le monde ou les porteurs de projet sont à abattre et les casseurs sont à glorifier . En plus ce n'est que le début .La France bientôt un pays de l'Est ???.

Paysan 81

Bonsoir,je me suis rendu sur les lieux,pour me rendre compte de la dimension de cette future retenue d'eau.Je me suis aperçus que c'est un tout petit ouvrage.Alors ou est vraiment le problème de l'environnement?
De toujours on nous a appris que stoker de l'eau c'est utile.
Un barrage permet de réguler toute l'année les cours d'eau.Laisser partir des millions de mètre cube à l'océan sans etre utilisés ,c'est vraiment du n'importe quoi.
Je félicite les porteurs de ce fabuleux projet qui va certainement rendre service à de nombreuses petites exploitations.


scarlus

bravo !! après 15 ans d'études de toutes sortes on nous démontre l'inutilité de tous ces gens qui ont travaillés sur ce dossier, combien cela nous a t'il couté ??? LA PREUVE est claire nous payons des impôts pour rien ..joli gâchis...
a moins que nos impôts garantissent le RSA de tous ces zadistes!!
travaillez et payez messieurs dames (qui créez de la richesse)!!! l'heure est à la décroissance!!!...d'autant que militer contre l'irrigation c'est militer pour les OGM CE QUE LE GRAND GOUROU BOVE N'A PAS ENCORE COMPRIS!!

Zadiste paisible = pléonasme

Bonjour Monsieur Yves Hérody (pédologue international 39 ) et d'autres ayant des connaissances d' agronomie "avancée" devrait être capable de conseiller ces agricultrices pour cultiver en palliant au manque d' eau .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires