[VIDEO] Loire-Atlantique- My wine grower speaks english*

Catherine Perrot

[VIDEO] Loire-Atlantique- My wine grower speaks english*
20170403_482VITIenglish1.JPG - ©

Pour faire du commerce à l’export, ou simplement pour accueillir des touristes dans son caveau, la pratique d’un minimum d’anglais est indispensable. La chambre d’agriculture propose des formations sur mesure aux viticulteurs.

*Mon vigneron parle anglais
Christophe Libeau, formateur spécialisé en anglais pour les entreprises, encadre  trois groupes viticoles, deux en vignoble nantais et un en saumurois. L’arrivée du printemps sonne la fin de la période de cours, qui se tiennent une matinée chaque semaine, d’octobre à fin mars, soit une quarantaine d’heures. Le 28 mars dernier, c’était donc le dernier cours pour le groupe « intermédiaire » du vignoble nantais, qui s’est tenu, comme presque à chaque fois, chez l’un des élèves : « Même si l’on est parfois interrompus, les leçons au domaine sont toujours plus percutantes », confie Christophe Libeau.
En l’occurrence ce mardi, c’est Stéphanie Cogné,  du Vignoble Cogné, à Saint-Christophe la Couperie, qui recevait le groupe. Au programme, une brève révision des mots de vocabulaire appris la semaine passée ; une discussion spontanée entre participants sur leur actualité, leurs expériences de commercialisation ; puis une visite du domaine et une dégustation des vins, le tout en anglais, of course !
Surmonter les blocages
«  Faire visiter leur domaine aux autres membres du groupe les met en situation réelle », commente Christophe Libeau, qui est, bien sûr, toujours présent pour fournir le mot ou l’expression manquante : « Ainsi , ils savent ce qu’ils sont capables de faire ».
Face à l’anglais en effet, beaucoup de vignerons se sentent incapables, bloqués ou perdus. Les formations les aident à surmonter ces blocages, même si Christophe Libeau le reconnait : «  C’est difficile, cela demande des efforts ». Mais les progrès réalisées après deux, voire trois années, de formation hivernale sont manifestes.
Développer le commerce
Pour Stéphanie Cogné, par exemple, la formation l’a clairement aidée à développer ses marchés à l’export, d’autant plus que le formateur a supervisé ses traductions de ses fiches produits et  de son site internet…  Pour Patrick Gobin, vigneron à Saint-Léger les Vignes, la formation lui apporté de la confiance pour accueillir les touristes qui passent à son caveau.
Tous les stagiaires sont unanimes pour dire que ces cours d’anglais ne sont pas « scolaires » et beaucoup plus basés sur les échanges concrets… D’ailleurs, pour le formateur, l’important n’est pas de parler un anglais parfait,–«  je ne fais que très peu de grammaire »– mais de le comprendre et de se faire comprendre.
Point important pour tous les stagiaires : lors de ces cours, ils sont entre vignerons, et  ils échangent, en anglais, des informations professionnelles ; par exemple, sur le sérieux d’un importateur, ou sur les modalités pour exporter dans tel ou tel pays.  « C’est quand on pense au sujet de la conversation, et plus à la langue de conversation, que l’on progresse le plus », affirme Christophe Libeau.
Nouveaux groupes en viticulture et dans d'autres productions ?
De nouveaux groupes vont donc se constituer l’hiver prochain : pour se préinscrire, contacter Brigitte Loisy, au 02 53 46 60 05 ; par ailleurs, Christophe Libeau pourrait intervenir pour d’autres groupes d’agriculteurs, dans d’autres productions, également concernées par l’export.
Retrouvez le reportage vidéo dans le JT ci-dessous.
JT Agri44 TV du vendredi 31 mars 2017 par la-tvagricole

Source Agri44

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier