[Vidéo] Manuel Valls : "il ne peut y avoir d'écologie, de protection de l'environnement sans agriculteurs"

Anne Sophie LESAGE

[Vidéo] Manuel Valls : "il ne peut y avoir d'écologie, de protection de l'environnement sans agriculteurs"

En marge de la Cop21, des représentants agricoles mais aussi du gouvernement se sont réunis afin d'évoquer les solutions que l'agriculture pouvait apporter au changement climatique.

 

"Depuis les années 1960 jusqu'aux années 2000 on nous a habitués à un discours uniforme selon lequel une partie du monde pouvait produire pour nourrir le reste du monde. C'est derrière nous. Nous aurons besoin de toutes les agricultures du monde pour nourrir 9 milliards d'êtres humains", a indiqué le président de la FNSEA Xavier Beulin, lors d'une conférence internationale sur "Agriculture et Climat". Pour le président du premier syndicat agricole français (considéré par ses détracteurs comme un symbole de l'agriculture intensive), un accord sur le climat ne peut se faire qu'en privilégiant la sécurité alimentaire, et il a insisté sur l'aide qui pouvait être apportée aux pays en développement.  

"Nous avons des opportunités pour être beaucoup plus solidaires grâce à des technologies facilement transférables: tout ce qui est informatique, le big data", c'est-à-dire l'agriculture intelligente, a expliqué M. Beulin. "Nos politiques doivent comprendre qu'il faut des budgets pour encourager le transfert des connaissances", a pour sa part déclaré la présidente de l'Organisation mondiale des agriculteurs, Evelyn Nguleka. "Les agriculteurs ont des connaissances, il ne faut pas tout importer, mais celles-ci doivent être actualisées et pour cela il faut de l'argent." Le Premier ministre Manuel Valls, qui clôturait la conférence, a lui aussi estimé que "les pays qui ont bénéficié des énergies fossiles doivent désormais aider les pays émergents", en ciblant la "transition énergétique". M. Valls a mis en avant les possibilités qu'ont les agriculteurs de produire de l'énergie "avec le développement de la méthanisation et de la production d'énergie photovoltaïque, qui permet de réduire le recours aux énergies fossiles, et de diversifier (leurs) revenus". Le concept d'une "agriculture intelligente" visant à trouver des solutions au réchauffement climatique a été vivement dénoncé avant la COP21 par des ONG qui y voient la mainmise de l'agrobusiness, fabricants d'engrais en tête.

Sur le même sujet

Commentaires 12

adada

tu as raison bazilou preferons nos pieds et comptons les faillites et les pendus

Bazilou

Attention au renversement de table, on peut se la prendre sur un pieds....

@danielcomte

oui tu as fait le constat , et bien ailleurs dans le monde les paysans sont les premiers a crever de faim....
pour notre chere france ( je dis chere enfin cher pour les impots, la dette ...) pourquoi ces bons hommes politiques se priveraient de pouvoir nourrir a bons comptes , une majorité de la population qui travaillent aux 35h afin qu'ils puissent consommer autre chose , faire des ballades dans la france , pendant que des urluberlu travaillent 70h , si ca allait si mal les paysans se plaindraient mais finalement qui ne dit mot consent , alors tout roule sinon il faut renversé la table ou plus

dob

Pas d'accord, il y a certaines agricultures qu'il faut voir disparaitre : nous devons nous passer des agriculture mortifères pour nourrir 9Mds d'hommes.

Daniel COMTE

En voilà un beau programme : nourrir le monde en faisant crever ceux qui le nourrissent !!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires