Vilmorin : ambitions revues à la baisse malgré des ventes annuelles en hausse

Vilmorin : ambitions revues à la baisse malgré des ventes annuelles en hausse

Le groupe français Vilmorin, quatrième semencier mondial, a annoncé mercredi un chiffre d'affaires en progrès sur l'exercice 2013-14 mais il a revu ses prévisions annuelles en légère baisse, en raison notamment de la volatilité de certaines monnaies.

Le groupe table désormais sur une marge opérationnelle courante légèrement supérieure à 10% alors qu'il misait jusqu'à présent sur une marge de 10,5%. Le résultat net annuel devrait quant à lui "enregistrer un retrait sensible par rapport à l'exercice précédent directement lié au fort impact des variations négatives des parités monétaires", prévient-il. Au premier semestre, Vilmorin, propriété de la coopérative auvergnate Limagrain, avait essuyé une perte de près de 42 millions d'euros. Le groupe publiera ses résultats complets le 7 octobre. Sur son exercice clos fin juin, les ventes passent presque le cap de 1,5 milliard d'euros, en hausse de 1,9%, et de 4,6% en données comparables,indique-t-il dans un communiqué publié mercredi. Sur le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires en revanche s'affiche en repli de 1,4% (-0,6% en données comparables) à 352,7 millions. C'est la branche semences potagères qui tire l'exercice grâce à une "progression supérieure à la croissance globale du marché", qui lui permet de confirmer "sa position de leader mondial" sur ce segment avec des ventes annuelles en hausse de 3,3% (+7,3% en données comparables), à 562,6 millions. En semences de grandes cultures, la conjoncture a été moins favorable avec une "baisse des surfaces cultivées en maïs sur les principales zones géographiques couvertes par Vilmorin & Cie (Europe et États-Unis), ainsi que par la diminution des prix des céréales et des oléagineux depuis plusieurs mois". Au final, le chiffre d'affaires de la branche ne progresse que de 1,1% (+3,4% en données comparables) à 856,1 millions.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier