Vin : Après la Californie, les « cyber-vignerons » s'attaquent au Bordeaux

B.BOUCHOT

Quatre ans après son implantation dans la Napa Valley, en Californie, la société américaine Crushpad, qui permet à des « cyber-vignerons » de créer leur vin depuis n'importe quel endroit de la planète, se lance à la conquête du vignoble bordelais.

Ses clients, tous grands amateurs de vin, sont guidés et conseillés, tout au long de la réalisation de leur cuvée, soit sur place soit via internet, par l'équipe de la société américaine. En effet, l'immense majorité de ses 5.000 clients, résident à des milliers de kilomètres de la Californie. Ainsi, ils peuvent, à distance et sans avoir à acheter une propriété viticole, suivre et faire des choix à chaque étape d'élaboration de leur vin: des vendanges, à la vinification en passant par l'assemblage. Une fois leur cuvée mise en bouteille, libre à chacun de consommer en famille, entre amis ou même de commercialiser la production.

Aujourd'hui, six propriétés viticoles, situées dans différentes appellations plus ou moins renommées (Côtes de Castillon, Saint- Emilion, Margaux, Haut-Médoc et Canon Fronsac) ont loué une partie de leurs parcelles (de 0,45 ha à 2 ha) à Crushpad, qui vise une clientèle essentiellement étrangère.

« C'est la démocratisation de Bordeaux. Cela donne la possibilité à des personnes de faire du Saint-Emilion grand cru », souligne, John Maltus, propriétaire du Château Teyssier, un Saint-Emilion grand cru, qui met à disposition ses chais. Créer son propre vin n'est pourtant pas à la portée de toutes les bourses: le coût de revient pour le client atteint jusqu'à 30 euros la bouteille ou 9.000 euros la barrique de 225 litres.

Source d'après l'AFP

Publié par B.BOUCHOT

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires