Vin : Une récolte historiquement faible en Languedoc-Roussillon

Les vendanges, qui battent leur plein dans le Languedoc-Roussillon, laissent entrevoir une récolte 2009 historiquement faible, conséquence de la sécheresse d'août, mais aussi d'une campagne d'arrachage.

Au regard des volumes déjà vendangés, « il est probable qu'on sera en dessous de 12,5 millions d'hectolitres », assure Laurent Mayoux, adjoint au chef de service de l'établissement national FranceAgrimer Languedoc-Roussillon. Un avis partagé par François Boudou, directeur de l'Institut coopératif du vin (ICV 34). Selon lui, « on va vers une récolte très petite », « encore plus petite que celle de l'an dernier », affirme-t-il. L'an dernier, les vendanges avaient atteint quelque 13 Mhl, soit la récolte la plus petite jamais enregistrée.

En cause cette année : la sécheresse qui a sévi dans la région tout au long du mois d'août, mais aussi la campagne d'arrachage de vignes lancée au niveau européen afin notamment de résorber les excédents de ce secteur. En Languedoc-Roussillon, plus grand vignoble de France avec ses 260.000 hectares, cette campagne s'est traduite par l'arrachage d'environ 6.000 hectares pendant l'hiver 2008-2009, selon FranceAgrimer.

Cette petite récolte va-t-elle avoir des conséquences sur le marché ?
Impossible de le savoir à ce stade: « Aujourd'hui, les vins de cépage sont mondialisés » explique Laurent Mayoux. Il faut attendre de connaître le niveau de récolte en Argentine, Afrique du Sud ou Chili, nos concurrents sur les vins de cépage.

Si on enregistre une baisse des volumes, on pourrait s'attendre à une remontée des cours. Rien n'est cependant certain: « L'an dernier, alors que la récolte a été faible, le marché ne s'est pas repris », conclut Laurent Mayoux, selon lequel, pour l'instant, «on n'a encore aucune vision» sur le marché.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier