Vinexpo sur fond de menace chinoise

Vinexpo sur fond de menace chinoise
Les Chinois boivent en moyenne 1,4 litre par habitant et par an contre 52 litres pour les Français (DR)

La planète vins se donne rendez-vous du 16 au 20 juin à Bordeaux pour Vinexpo, un des plus grands salons au monde de vins et spiritueux, où la menace chinoise sur les importations européennes peine à assombrir l'horizon d'une consommation mondiale en hausse.

Entre 45 et 50.000 professionnels, acheteurs, distributeurs, producteurs, sont attendus au salon qui se tient en alternance une année à Hong-Kong, une année à Bordeaux. Il accueillera quelque 2.400 exposants venus de 44 pays.Dix-huit exposants chinois seront présents contre deux à l'édition 2011. Vinexpo 2013 atteste donc de l'attention croissante portée à la Chine, un pays déjà devenu 3e marché pour les vins français, et bientôt 2e marché au monde en valeur à l'horizon 2016, selon une étude Vinexpo.

Le salon se tient  pourtant sous un nuage commercial : de possibles taxes chinoises accrues sur les vins européens. Bruxelles a décidé début juin d'imposer une taxe provisoire sur les panneaux solaires chinois, et Pékin a réagi en lançant une enquête antidumping sur les vins européens en agitant le spectre de rétorsions commerciales.

"Pas notre guerre", clame en substance la filière vins, qui se dit frustrée, mais doute d'être prise en otage d'un conflit commercial "qui n'a rien à voir avec le vin", résume Allan Sichel, président des négociants du Bordelais. Pour l'heure, dans le Bordelais, pour qui la Chine est le marché N.1, les opérateurs se disent plus vigilants qu'alarmés.

Une consommation mondiale en hausse

Mais le monde des vins et spiritueux se rassure par  une consommation mondiale qui reprend avec 2,6 milliards de caisses (12 bouteilles) en 2011, soit + 2,83% sur quatre ans, et qui malgré les crises devrait passer à + 5,31% d'ici 2016. "On n'a jamais bu autant de vin qu'aujourd'hui" et on boit mieux, explique Xavier de Eizaguirre, président de Vinexpo.

Parmi ces marchés, la Chine est de loin le plus capiteux, par son potentiel (200 à 250 millions de consommateurs), sa consommation tout juste naissante (1,4 litre par habitant par an contre 52 litres en France, ou 23 au Royaume Uni), son pouvoir d'achat croissant et un goût pour le vin. A l'inverse, la France, elle, boit moins.

"Les exposants de Vinexpo sont conscients de tout ça, et ce qu'on dit aujourd'hui sur un conflit commercial entre deux continents ne va pas beaucoup les émouvoir", assure Robert Beynat, directeur de Vinexpo, qui rappelle que 35% des visiteurs sont étrangers, et un tiers de ceux-ci asiatiques. "Ce que savent les opérateurs chinois, c'est que le vin est un produit d'avenir, que le marché évolue, et donc il faut faire du business", dit-il.

L'impact de la crise est bien palpable pourtant, mais pour la vieille Europe. L'espace occupé à Vinexpo 2013 par les grands producteurs, Espagne et Italie en tête, s'est réduit notablement, en même temps que les subventions des pays concernés. En profitent d'autres marchés ou origines, avec pour la première fois un pavillon mexicain et un japonais.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

JEME-BIEN-WINEALLEY

Le marché du vin bouché est un formidable atout pour la filière: à développer encore.
C'est la raison pour laquelle l'initiative prise par Winealley me séduit particulièrement.
A voir à l'adresse ci-dessous
http://www.winealley.com/index_v4.php?mode=wine2
C'est simple et gratuit !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier