Vingt ans de réclusion pour un agriculteur qui avait abattu deux hommes

Vingt ans de réclusion pour un agriculteur qui avait abattu deux hommes

Un agriculteur à la retraite a été condamné mercredi soir à Coutances (Manche) à 20 ans de réclusion pour le meurtre de deux hommes qui voulaient abattre un arbre sur des terres lui ayant appartenu, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

Cette condamnation est nettement plus clémente que celle requise par l'avocat général Jean-Michel Rotaru: 30 ans de prison, la peine maximale. Le procès a duré trois jours. Selon le quotidien Ouest-France, l'accusé a devant la cour insulté les victimes, deux hommes de 35 et 36 ans, dont un père de trois jeunes enfants, les traitant de "couillons, stupides, lâches", avant de déclarer en fin de procès "je suis quand même peiné de ce que j'ai fait à ces familles". Le matin du 21 février 2013 l'accusé avait tué les deux hommes qui s'apprêtaient à abattre un arbre dans un champ qui n'appartenait plus à l'ancien agriculteur en difficulté économique.

Retranché

L'une des victimes était locataire de ce champ. Le retraité s'était ensuite retranché chez lui, armé, pendant plusieurs heures, avant de se rendre et d'être arrêté en douceur par le GIGN. En garde à vue, l'ancien agriculteur avait dit mal supporter la procédure de liquidation qui l'avait progressivement privé de ses terres depuis 2008, selon le parquet. Il avait alors une condamnation à son casier judiciaire mais pour une infraction mineure.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

a90

Bien triste voir dramatique pour toutes ces familles! mais hélas le problème est le manque de soutient entre agriculteur ! les uns attentent la fin des autres sans scrupules sans humanité !oubliant que 20ans passent vite et que demain se seront eux à qui on voudra prendre le travail de plusieurs générations .Pourquoi ! autant d'un coté que de l'autre ne pas avoir trouvé un accord ? pour un arbre !!! un homme deja fragilisé que l'on pousse à l'extrême ...............

LAVATERE3071

Condoléances aux familles des victimes.

lim

Et ce n'est pas finis...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier