Vins bordelais : La contre-attaque face à la chute des prix aux Etats-Unis

Les viticulteurs et les négociants bordelais resserrent les rangs pour maintenir leur pré carré sur le marché américain, l'un des premiers à l'exportation, après la défection de leur plus gros client.

Après 35 ans de prédominance dans les vignobles bordelais, Diageo Chateau & Estate Wines (DC&E), filiale américaine du numéro un mondial britannique des spiritueux Diageo, a déserté la place, liquidant ses énormes stocks d'invendus, avec des rabais de 40 à 60%. « DC&E a encore des stocks énormes --des milliers de caisses, toujours sur le marché américain, suspendus au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès », explique Guillaume Touton, un importateur bordelais installé à New York.

« Nous sommes dans une situation très périlleuse », ajoute le dirigeant de Monsieur Touton Selections. Certains viticulteurs ont pris la décision sans précédent de racheter leur propre vin. « Quand la décision de DC&E de tout arrêter et de liquider ses stocks a été officielle, nous avons immédiatement (...) dit que nous voulions reprendre notre vin », se rappelle Jean Merlaut, propriétaire de Château Gruaud Larose. Fin décembre, 2.700 caisses de Gruaud Larose, sur 15 millésimes, sont retournés au Château.

« Les grands crus ne se vendent pas directement, nos clients sont les négociants », explique M. Merlaut. « Je préfère contrôler la situation pour que nos clients ne se retrouvent pas en concurrence avec des vins déstockés ». D'autres vins ont aussi fait le voyage retour, comme Château Greysac, Château Simard ou le prestigieux Petrus, propriété de la famille Moueix.

« C'était la meilleure chose à faire », a commenté M. Touton, « Petrus est exceptionnel. Il faut le protéger et le contrôler ». Des négociants ont aussi acquis pour des millions de dollars de vin déstocké. « Nous avons acheté à DC&E une quantité importante de vin que nous suivons de près », a indiqué Georges Haushalter, directeur général de La Compagnie Médocaine des Grands Crus. Trois d'entre eux, la Compagnie Médocaine, Joanne Bordeaux et Diva rivalisent pour récupérer la place abandonnée par DC&E.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier