Viticulture : Relance de la récolte du liège en Pyrénées-Orientales

B.BOUCHOT d'après AFP

Une société a relancé l'extraction du liège dans les Pyrénées-Orientales, réputé pour sa grande qualité, afin de commercialiser au premier trimestre 2010 un « bouchon roussillonnais » qui devrait boucher les grands crus français.

« Le liège roussillonnais est un des lièges les plus qualitatifs du monde en raison de son nombre d'années de croissance », assure Laurent Bauby, commercial pour le compte de la société M.A Silva France. « L'idée de boucher des cuvées d'exception avec ce liège local était donc pour nous une gageure, voire un devoir », estime cet originaire de Catalogne française.

Bouchons naturels

En concertation avec l'Association syndicale libre suberaie catalane, qui regroupe des propriétaires de forêts de chêne-liège, des opérations de « levage » de l'écorce en liège ont été effectuées au début de l'été sur plusieurs parcelles des quelques 5.000 ha des régions naturelles d'Aspres et des Albères. « Nous avons pu récolter un liège d'une belle épaisseur, de plus de 15 ans d'âge, parfaitement adapté pour permettre de fabriquer des bouchons très denses qui permettront ensuite de conserver et bonifier les meilleurs nectars du Roussillon et d'ailleurs », poursuit M. Bauby.

Recherche de qualité pour un marché de niche

Les écorces récoltées au début de l'été ont été acheminées à l'usine mère de M.A Silva, au Portugal, pour séchage. Les premiers « bouchons roussillonnais » sont attendus « au premier trimestre 2010 », indique la directrice de la filiale française, Raphaèle Sanchez. « Nous avons pu lever cinq tonnes de liège, ce qui permettra un démarrage entre 150.000 à 200.000 bouchons », ajoute Mme Sanchez, précisant qu'à terme « le but est de faire de la qualité et non de la production de masse car c'est un marché de niche auprès des crus de garde ».

Gestion durable de la forêt

De nombreux viticulteurs du Roussillon ont déjà donné leur accord pour boucher leurs plus grands crus avec « ce liège dont la qualité a été et est encore reconnue », souligne Nicolas Raffy, oenologue du Mas Amiel, une appellation Maury. L'extraction de l'écorce de liège dans les suberaies demande un entretien des forêts afin de permettre aux « leveurs » d'accéder aux troncs, et « lorsque les forêts sont entretenues les risques d'incendies sont plus faibles », explique Vincent Guillemat, technicien du syndicat des forestiers privés des Pyrénées-Orientales. A terme, M.A Silva France voudrait mettre en place une appellation d'origine contrôlée « bouchon roussillonnais ». « Nous allons d'abord mettre en place un label qualitatif de gestion durable de la forêt avec un organisme extérieur de contrôle, et espérons dans la foulée que le bouchon roussillonnais soit le premier bouchon certifié de France », espère Laurent Bauby.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires