Volcalis ou la production laitière à l'heure de l'optimisme

Propos recueillis par P. Olivieri

Après un cycle 2009 - 2010 “horribilis”, les coopératives Volcalis et Centraliment (groupe Altitude) voient dans l'année qui débute des opportunités à saisir.

Après deux campagnes laitières chahutées, dans quel état d'esprit abordez-vous 2011 ?
Didier Boussaroque (président de Volcalis) : “Après un cycle 2009/2010 relativement difficile en effet, la fin de l'année 2010 a apporté son lot de bonnes nouvelles : amélioration du prix du lait, retour des 2 % européens et des prêts de quotas... C'est une conjoncture favorable relativement inédite qui va permettre à nos adhérents d'entreprendre en retrouvant une nouvelle dynamique de production. Chez Volcalis, cette relance des volumes a toujours été notre credo, même si le maître mot l'an dernier a d'abord été d'aider nos producteurs à passer ce cap difficile. D'ailleurs, ce n'est pas un hasard si, malgré une légère baisse de notre nombre de producteurs, la collecte de l'exercice 2009-2010 est en hausse de 4 %. Il y a une vraie envie de faire du lait dans ce département et on ressent aujourd'hui cette relance chez nos adhérents. J'en veux aussi pour preuve la participation massive des producteurs aux différentes journées techniques que nous avons organisées avec par exemple plus de 300 personnes à Marcolès sur le thème du maïs.”

« Quelque 200 visites qui ont été réalisées et 100 plans de progrès établis”

Il y a malgré tout une ombre à ce tableau, avec la nouvelle envolée du prix des céréales...
D. B. : “Certes, le poids des charges reste important et va grever en partie l'embellie des revenus, ce qui doit nous inciter à travailler encore davantage sur nos coûts de production du lait. Mais souvenons-nous encore une fois qu'en 2008, ceux qui ont produit le plus de lait sont ceux qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu.”

Contractualisation, bassins laitiers..., l'année s'annonce chargée. Comment Volcalis se positionne sur ces chantiers ?
D. B. : “La mise en place des contrats ne va rien chambouler pour nous. Hormis une mise à jour de notre règlement intérieur, nous sommes parés et sereins sur ce dossier où la place de nos coopératives est naturelle et doit devenir pleinement légitime. Quant à la gestion des références par bassins, le découpage arrêté (bassin incluant Auvergne, Corrèze et Creuse) nous paraît pertinent.”

Quel regard portez-vous sur le dossier des AOP ?
D. B. : “Les choses se mettent doucement en place avec les difficultés que l'on a connues en matière de CVO. Dans ce contexte, la coopérative a développé un gros travail technique d'accompagnement de ses adhérents en amont ou a posteriori des contrôles internes du Cif. Ce sont ainsi quelque 200 visites qui ont été réalisées et 100 plans de progrès établis.”
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires