Xylella fastidiosa en Corse: une souche différente de l'Italie

Xylella fastidiosa en Corse: une souche différente de l'Italie

La bactérie Xylella fastidiosa identifiée en Corse du Sud appartient à la sous-espèce multiplex "totalement différente" de celle qui ravage les oliviers du sud de l'Italie, a annoncé jeudi le ministère de l'Agriculture.

Le laboratoire de référence a informé le ministère que selon les premières analyses de typage de la bactérie Xylella fastidiosa détectée en Corse, cette bactérie "appartient à la sous-espèce +multiplex+ totalement différente de la sous-espèce +pauca+ identifiée en Italie" dans la région des Pouilles, précise le ministère dans un communiqué. Le résultat de ces analyses intervient quelques heures après l'annonce par le préfet de Corse que des plantes provenant "de la même pépinière" que le premier arbuste infecté ont été testées positives à la bactérie. Ces nouvelles plantes infectées sont "toutes des polygales à feuilles de myrte implantée du même lot sur l'île en 2010" notamment à Propriano.   Les nouveaux végétaux contaminés étaient "plantés à des endroits bien distincts des plants précédemment identifiés", dans la zone commerciale de Propriano, mais "ils proviennent cependant de la même pépinière", selon la préfecture. Elle a indiqué que ces plants provenaient d'un ou plusieurs fournisseurs italiens installés en Toscane. "Tous les autres prélèvements effectués sur des végétaux avec ou sans symptomes autour du premier plant découvert infecté ont abouti à des résultats négatifs à ce jour"

Inquiétude

Le ministère rappelle que la mission d'experts de l'INRA sera depêchée la semaine prochaine dans l'île pour poursuivre de nouvelles analyses.   La bactérie, contre laquelle il n'existe aucun moyen de lutte à part l'arrachage des végétaux, a ravagé des centaines de milliers d'hectares d'oliveraies dans les Pouilles dans le sud de l'Italie. L'annonce de sa découverte dans l'Ile de Beauté, le 22 juillet, dans la station balnéaire de Propriano (Corse-du-Sud), avait semé l'inquiétude parmi les oléiculteurs et les vignerons notamment. Dès lundi, et sans attendre le résultat des analyses, les autorités avaient demandé aux propriétaires de ces nouveaux plants de procéder sous trois jours à leur abattage et destruction sous la supervision des services de l'Etat car il n'existe aucun autre moyen de lutte éprouvés à ce jour contre la bactérie . Ces opérations ont déjà été effectuées ou étaient toujours en cours jeudi. Une première opération de désinsectisation a été programmée pour vendredi par le service départemental de lutte anti-vectorielle autour du collège de Propriano où ont été découverts les nouveaux plants contaminés. Plus de 50 prélèvements ont été effectués dans un rayon de 10 kilomètres autour du point de contamination depuis la confirmation de la présence de la bactérie Xylella fastidiosa en Corse. Ils se sont avérés négatifs, à l'exception des deux nouveaux plants de polygalde myrte.

Menace

Dans ce contexte, la FNSEA, la FNPHP, la FNPF, la FOP et JA, engagés dans la lutte contre Xylella, souhaitent rappeler à tous les opérateurs des filières concernées qu’"au-delà des plans déployés par les pouvoirs publics, la vigilance de tous les professionnels reste la meilleure arme de défense contre ce qui se présente comme un fléau pour beaucoup de productions agricoles et horticoles. En effet, en fonction de la souche, Xylella fastidiosa peut s’attaquer aux cultures typiquement méditerranéennes (Olivier, Vigne, Agrume, Amandier, etc.), mais aussi à d’autres arbres moins ciblés géographiquement."

Des mesures de contrôles et des mesures prophylactiques sur les plants importés devraient être mises en place dès à présent, afin de réduire les risques de propagation.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier